Patrimoine africain : la France restituera 26 œuvres d'art à l'Etat béninois

Emmanuel Macron a annoncé cette fin de semaine que la France restituera «sans tarder» 26 œuvres d'art réclamées par l'Etat béninois. Une décision qui fait suite à l'engagement du président français, pris l'année dernière à Ouagadougou et à la réception d'un rapport remis dans l'après-midi du vendredi par l'historienne Bénédicte Savoy du Collège de France et l'écrivain sénégalais Felwine Sarr, de l'université de Saint-Louis, au Sénégal.
Des statues royales d'Abomey, des prises de guerre de l'armée française en 1892, actuellement la propriété du musée du Quai Branly en France.
Des statues royales d'Abomey, des prises de guerre de l'armée française en 1892, actuellement la propriété du musée du Quai Branly en France. (Crédits : Reuters)

La France va satisfaire la demande de restitution des œuvres émise par les autorités béninoises. L'annonce a été faite ce vendredi 23 novembre par l'Elysée qui a indiqué que l'Etat français restituera, «sans tarder», 26 œuvres d'art au Bénin. Cette décision du président français Emmanuel Macron intervient suite à un rapport sur la restitution par la France d'œuvres d'art africain qui lui a été remis, dans l'après-midi du vendredi, par l'historienne française Bénédicte Savoy du Collège de France et l'écrivain sénégalais Felwine Sarr de l'université de Saint-Louis, au Sénégal.

Selon le communiqué de l'Elysée, Emmanuel Macron «souhaite que toutes les formes possibles de circulation de ces œuvres soient considérées : restitutions, mais aussi expositions, échanges, prêts, dépôts, coopérations».

Le chef d'Etat français a donc tenu sa promesse faite il y a un an au Burkina Faso en indiquant que la restitution des œuvres sera étudiée et que «d'ici cinq ans, les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique».

Ces œuvres (principalement des statues royales d'Abomey) qui constituent des prises de guerre de l'armée française en 1892 sont actuellement la propriété du musée du Quai Branly en France qui va donc s'en séparer.

En début de semaine, l'Etat béninois qui avait contribué à lancer le dossier de réclamation s'était réjoui que «la France soit allée au bout du processus».

Plus de 70 000 œuvres africaines en possession de la France

Ces 26 œuvres que la France s'apprête à restituer au Bénin ne constituent qu'une infime partie des œuvres d'origine africaine qui sont actuellement en France. Pour l'Etat béninois qui a fait sa demande de restitution en juillet 2016, quelque 5 000 objets provenant de son pays, dont le trône du roi Ghezo datant du XIXe siècle, se trouveraient dans les musées. Celles-ci sont arrivées pendant la colonisation et sont conservées dans les musées français.

Au niveau européen, la situation est beaucoup plus impressionnante. A en croire l'historienne Bénédicte Savoy, actuellement, on peut décompter près de 70 000 objets d'origine africaine dans le musée du quai Branly à Paris. Selon l'experte, il y en a autant au British Museum, à Londres (Angleterre) et dans des proportions identiques dans les musées de Berlin (Allemagne).

Emmanuel Macron qui se met dans une dynamique un peu plus européenne a proposé pour remédier à cette situation de «réunir à Paris au premier trimestre 2019 l'ensemble des partenaires africains et européens» pour définir le cadre d'une «politique d'échanges» d'œuvres d'art.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.