Bénin : National Geographic s'implique dans la protection du parc de la Pendjari

L’organisation scientifique américaine National Geographic Society rejoint le partenariat pour la protection du parc national de la Pendjari déjà formé de l’ONG internationale African Parks, la Wyss Foundation et le gouvernement du Bénin. Le montant de sa mise fixé à 7,5 millions de dollars porte ainsi à 23,5 millions de dollars l’enveloppe global dédiée à la sécurité du parc de ce site classé patrimoine mondial de l’Unesco.
(Crédits : DR.)

Un appui supplémentaire pour le projet de sauvegarde du célèbre parc de la Pendjari au Bénin, celui de la National Geographic Society qui s'engage à investir 7,5 millions sur cinq ans pour la protection de ce site classé patrimoine mondial, et ce dans le cadre du partenariat déjà constitué de l'ONG international African Parks, la Wyss Foundation et le gouvernement béninois, ont annoncé les quatre entités dans un communiqué conjoint ce mercredi 31 janvier.

L'engagement de la National Geographic Society porte ainsi à 23,5 millions de dollars l'enveloppe global dédié à la sécurité du parc de la Pendjari.

« Cette annonce démontre la force des partenariats. Chez National Geographic, nous nous efforçons chaque jour de préserver l'équilibre de notre planète. En nous associant à African Parks, à la Wyss Foundation et au gouvernement du Bénin, nous réunissons les expertises uniques de chaque organisation (gestion sur le terrain, travaux scientifiques de pointe, prouesses en matière d'exploration et de valorisation) pour créer un modèle de conservation sans précédent », a déclaré Gary E. Knell, Président et PDG de la National Geographic Society.

Situé au Nord-Ouest du Bénin, le parc national de la Pendjari est l'un des derniers écosystèmes intacts d'Afrique de l'Ouest. Il s'est cependant retrouvé menacé par le braconnage et tout sorte de vandalisme que le gouvernement Talon s'est engagé éradiquer. Le partenariat pour la protection du site est né en mai dernier entre l'Etat béninois et l'African Parks, avant de recevoir très rapidement l'appui de la Wyss Foundation. Peter Fernhead, PDG d'African Parks, s'est réjoui de l'engagement de National Geographic Society estimant que cela permettra de « promouvoir la recherche scientifique, développer des solutions technologiques et mettre en lumière cette réserve écologique inestimable nous aidera à garantir son avenir ».

Intérêts touristiques, ...donc économiques

En pratique, l'apport de l'organisation scientifique américaine -qui détient un magazine et une chaine de télévision diffusée à travers le monde- consistera notamment en des missions d'exploration scientifique du parc, le développement des technologies permettant de surveiller et protéger le site, ainsi qu'en la création de contenu éducatif pour les communautés et la production d'un contenu visuel engageant, visant à encourager une protection et un soutien financier de long-terme pour le parc.

En septembre dernier, la présidence de la République franchissait une nouvelle étape dans le processus de la réhabilitation du parc en signant un décret autorisant la création d'une brigade spéciale dédiée à la préservation de la faune sur le site. Aujourd'hui, elle se félicite de l'intérêt suscité par ce site qui occupe une place de choix dans la nouvelle stratégie économique du pays.

« La mobilisation internationale pour cette réserve est extraordinaire, d'autant plus qu'elle intervient à un moment où mon gouvernement s'est engagé à faire du tourisme un levier de développement sur le long terme », a déclaré Patrice Talon, président de la République du Bénin.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.