Rwanda : l'Etat cède sa participation dans le cimentier Cimerwa

 |   |  403  mots
Le groupe industriel détenu à 51% par la société sud-africaine PPC Ltd a une capacité de production annuelle de 600 000 tonnes.
Le groupe industriel détenu à 51% par la société sud-africaine PPC Ltd a une capacité de production annuelle de 600 000 tonnes. (Crédits : Reuters)
Dans un contexte de hausse constante de la demande en ciment, le gouvernement rwandais veut céder sa participation dans le premier groupe cimentier du pays. L’arrivée de nouveaux partenaires, avec des capitaux supplémentaires pourrait contribuer à l'amélioration de la production et de la couverture des besoins croissants du secteur de la construction.

L'Etat du Rwanda se désengage dans Cimerwa, le plus grand cimentier du pays. Le premier ministre Rwandais Edouard Ngirente, a en effet annoncé ce samedi 9 mars, la décision de son gouvernement de mettre en vente, au cours de ce mois de mars 2019, sa participation de 49% dans le plus grand cimentier du pays, Cimerwa. Le groupe industriel détenu à 51% par la société sud-africaine PPC Ltd a une capacité de production annuelle de 600 000 tonnes.

Lire aussi : Rwanda : le seuil de capital des institutions financières revu fortement à la hausse

Selon le premier ministre, Edouard Ngirente, qui s'est exprimé au cours d'une réunion de hauts responsables diffusée à la télévision nationale, le gouvernement a déjà demandé à ses partenaires de formuler une proposition s'ils sont intéressés par une éventuelle reprise. Une proposition valable pour un mois. « À la fin de ce mois, nous allons vendre aux enchères », a averti Ngirente, rapporté par Reuters.

Lire aussi : E-commerce : avec eWTP Africa, Alibaba fait du Rwanda le premier pays d'Afrique de sa plateforme mondiale

Un appel du pied lancé au partenaire sud-africain PPC, qui pour l'instant n'a pas manifesté son intérêt pour les 49% de participation de l'Etat en vente. Les autorités de Kigali ont également agité l'option de céder cette participation à d'autres entreprises intéressées, si nécessaire. Aucune information n'a par contre filtré sur le coût de vente fixé pour les parts de l'Etat dans la société Cimerwa.

Boom de la construction au Rwanda

Avec son ambitieux plan de développement, le Rwanda s'est transformé en un chantier à ciel ouvert. Au cours de ces dernières années, le gouvernement rwandais a construit plusieurs routes, des centrales électriques, un nouvel aéroport international, entre autres infrastructures dont une bonne partie est en cours de réalisation. Dans le privé, les promoteurs ont également construit de nouvelles maisons et des immeubles de bureaux et les projets foisonnent pour couvrir la demande en logement. Ce boom de la construction au Rwanda a entraîné une demande accrue de ciment, qui connait une hausse annuelle de 7 à 8%.

Lire aussi : Afrique du Sud : Dangote s'invite dans la course au rachat du cimentier PPC

Aujourd'hui, pour couvrir cette demande, le Rwanda importe une partie de son ciment des pays voisins, en Ouganda et en Tanzanie. La privation de Cimerwa peut ainsi donner un coup d'accélérateur au secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :