Nouvelle étape dans la fusion entre la banque commerciale kényane et le groupe NIC

 |   |  346  mots
La nouvelle entité comptera comme le troisième groupe bancaire d'Afrique de l'Est, après Equity Bank et KCB.
La nouvelle entité comptera comme le troisième groupe bancaire d'Afrique de l'Est, après Equity Bank et KCB. (Crédits : DR)
La Commercial Bank of Africa (CBA) du Kenya vient d’annoncer l’approbation par ses actionnaires de sa fusion avec la National Industrial Credit Bank, plus connue sous l'acronyme (NIC). Par cette opération, fractionnée en plusieurs phases, la nouvelle entité bancaire en formation va compter parmi les trois plus grands groupes bancaires d’Afrique de l’Est.

Le groupe CBA a annoncé ce vendredi 15 mars que ses actionnaires sont prêts pour un échange d'actions avec le groupe NIC, ouvrant ainsi la voie à une fusion. Les deux banques ont annoncé pour la première fois leur projet de fusion en janvier, aux termes duquel, les actionnaires actuels du groupe NIC détiendraient 47% de la nouvelle entité et les actionnaires de CBA se partageraient les 53% restants.

« À la suite de l'opération d'échange d'actions, il est proposé que le groupe NIC acquière le contrôle exclusif de CBA et de ses filiales », a déclaré CBA dans un communiqué publié par la presse kényane.

Le projet a été fractionné en plusieurs phases à réaliser au cours de cette année 2019, pour donner naissance à une compagnie de dimension régionale, aux chiffres d'affaires de 4,41 milliards de dollars. La nouvelle entité comptera comme le troisième groupe bancaire d'Afrique de l'Est, après Equity Bank et KCB.

Lire aussi : Kenya : la NIC Bank fusionne avec la Commercial Bank of Africa

Les établissements sont complémentaires par les types de services proposés et le cumul de leurs différents actifs constitue un portefeuille diversifié. NIC est une banque de premier plan dans le financement d'actifs et dispose d'une base solide de clients entreprises de taille moyenne. CBA de son côté a une forte clientèle de détaillants, y compris des clients uniquement sur sa plateforme mobile M-Shwari. A travers cette fusion, les deux établissements bancaires espèrent un meilleur positionnement sur des créneaux porteurs du secteur bancaire local et renforcer leur envergure régionale.

Lire aussi : Fusions-acquisitions : l'Est de l'Afrique plus actif que l'Ouest en 2016

Selon le directeur général du NIC, John Gachora, dans une sortie le 31 janvier dernier, le premier trimestre devrait être consacré à l'obtention de l'approbation des actionnaires. Ce qui est désormais chose faite. Les différentes parties vont par la suite solliciter l'approbation du régulateur bancaire national, c'est-à-dire, la Banque centrale kényane. La fusion officielle est planifié pour le dernier trimestre de 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :