Ouganda : le FMI prévoit une croissance à 6,3% en 2019

 |   |  322  mots
En Ouganda, la croissance économique en hausse, a été portée le secteur de la construction, selon le FMI.
En Ouganda, la croissance économique en hausse, a été portée le secteur de la construction, selon le FMI. (Crédits : DR)
L’économie Ougandaise profitera d’une légère hausse de sa croissance à la fin du premier semestre 2019, selon le FMI. Le pays est-africain qui prévoit d’exploiter ses gisements pétroliers en 2022 devrait atteindre un taux de croissance d’environ 7% dans les prochaines années. Une aubaine pour l’Ouganda sous la pression d’une dette publique élevée.

L'économie ougandaise devrait connaître une croissance de 6,3% au cours de l'exercice 2018-2019 (de juillet à juin). Une croissance en légère hausse, comparée à la même période 2017-2018, portée principalement par la vigueur de l'activité dans les secteurs de la fabrication et de la construction, selon un communiqué du Fonds monétaire international (FMI). L'Ouganda devrait aussi voir son taux d'inflation augmenter avant de se stabiliser autour de l'objectif de 5% au cours des 12 prochains mois. C'est l'objectif fixé par la Banque centrale ougandaise, selon le FMI.

« Les crédits au secteur privé se sont améliorés, aidés par une politique monétaire favorable. La croissance devrait atteindre 6,3% sur la période 2018-2020, alors que les secteurs de la fabrication, de la construction et des services continuent à se développer », indique un communiqué du FMI.

Face à une forte dette publique supérieure à la moitié de son PIB, l'Ouganda a besoin d'un taux de croissance économique élevé et soutenue pour pouvoir générer des recettes saines et faire face à cette dette publique. Le ministère des Finances a évalué la dette ougandaise à 41,5% du PIB. Un chiffre revu à la hausse par la banque centrale du pays qui a estimé l'endettement public à plus de 50% du produit intérieur brut.

Prévisions optimistes pour l'économie ougandaise

Les pronostics restent bons pour le pays est-africain, qui selon le FMI devrait voir sa croissance grimper à 7% au cours des cinq prochaines années. Cela à condition que les investissements dans les infrastructures et le secteur pétrolier se maintiennent et que le secteur privé reste dynamique.

Lire aussi : Investissement : quand la Banque mondiale tacle l'Ouganda

L'Ouganda dont la croissance s'est établie à 6,1% sur la période 2017-2018 prévoit de commencer d'exploiter son pétrole brut d'ici 2022 au plus tard. Les gisements sont situés dans l'ouest du pays, près de la frontière avec la République démocratique du Congo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :