RDC : à la mine de Tenke Fungurume, l'activité est dans le rouge

 |   |  403  mots
Le groupe Tenke Fungurume Mining est détenu à 80% par China Molybdenum, alors que la société d’Etat Gecamines contrôle les 20% restants.
Le groupe Tenke Fungurume Mining est détenu à 80% par China Molybdenum, alors que la société d’Etat Gecamines contrôle les 20% restants. (Crédits : DR)
Moins de deux ans après avoir annoncé la hausse à 80% de sa participation dans la mine de Tenke Fungurume, la compagnie minière China Molybdenum vient de révéler d'importantes pertes, en pointant du doigt un environnement difficile et étudie désormais les scénarios de sortie de crise.

La mine de Tenke Fungurume est en difficulté a fait savoir son actionnaire principal, le chinois China Molybdenum. La compagnie qui exploite l'une des plus grandes mines de cuivre et de cobalt de la République démocratique du Congo (RDC) a raté ses objectifs de production et opère à perte a-t-elle fait savoir à ses employés dans un communiqué. Des pertes que la société minière impute aux fluctuations des prix du cuivre et du cobalt, auxquelles s'est greffée une charge fiscale alourdie par le nouveau code minier de la RDC, qui a augmenté le taux d'imposition du cobalt. Le nouveau code minier promulgué sous la présidence l'ancien chef d'Etat Joseph Kabila avait suscité une vive opposition des multinationales minières opérant dans le pays.

Lire aussi : RDC: le bilan s'alourdit après l'effondrement d'une mine de Glencore

Le groupe Tenke Fungurume Mining est détenu à 80% par China Molybdenum, alors que la société d'Etat Gecamines contrôle les 20% restants. La baisse de la productivité et du rendement est également liée à des coupures d'électricité, à des problèmes d'équipement de production et à une dégradation de la teneur des minerais exploités. L'autre contrainte majeure est la présence de mineurs clandestins sur le site. Le phénomène a pris une telle ampleur qu'en juin dernier, à la suite d'un effondrement de la mine de Glencore, A Kolwezi, au sud de la RDC qui a fait plusieurs morts, l'armée a déployé des centaines de soldats pour protéger la mine.

Lire aussi : RDC: Joseph Kabila projette déjà son retour au pouvoir !

Face un environnement jugé de plus en plus difficile par les miniers et une situation de déficit, la direction de Tenke Fungurume préconise une réduction ou un arrêt de la production pour certaines unités afin de réduire les charges. Une décision similaire a été prise il y a quelques jours par Glencore qui a annoncé l'arrêt de la production de sa mine de cobalt de Mutanda en RDC, la plus grande au monde, pendant deux ans, pour faire face aux contraintes induites par le nouveau code minier.

C'est au cours de l'année 2016 que la compagnie minière China Molybdenum a acquis 56% du capital de la mine de Tenke pour 2,6 milliards de dollars à Freeport McMoRan. En janvier 2018, la société y portera sa participation à 80%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2019 à 22:55 :
Les dirigeants de la Rdc vont foutre tout le pays en l air s ils ne réagissent pas rapidement. Bientôt le congolais ne pourra même pas s acheter son sac de riz et la la situation risque d être critique. Mais cela les gens au pouvoir ils s en foutent tant que pour eux les dollars tombent dans leurs nombreuses poches très profondes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :