Gabon  : les travailleurs de Total reprennent du service après 11 jours de grève

Après 11 jours de grève, l'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) a adressé hier, une note circulaire à tous les salariés de Total Gabon pour annoncer la suspension du débrayage. Ce dernier a été déclenché le 9 juillet pour une durée 15 jours, après l'échec des négociations sur l'amélioration des conditions de travail des employés du groupe français.
Le logo du géant pétrolier français Total, au quartier des affaires et financier de La Défense à Courbevoie, près de Paris, en France. 16 mai 2018. REUTERS / Charles Platiau
Le logo du géant pétrolier français Total, au quartier des affaires et financier de La Défense à Courbevoie, près de Paris, en France. 16 mai 2018. REUTERS / Charles Platiau (Crédits : Reuters)

Le syndicat des travailleurs du pétrole au Gabon, l'ONEP, a annoncé ce vendredi 20 juillet, la reprise des activités des travailleurs dans les installations de Total à travers le pays, après 11 jours de grèves. Depuis le 9 juillet les employés des installations pétrolières ont entamé une grève qui, devait durer 15 jours; C'est-à-dire jusqu'à mardi prochain pour réclamer notamment l'augmentation des salaires et l'avancement professionnel.

Une longue liste de revendications

Dans la longue liste de revendication des grévistes figurent, l'évolution des carrières, le paiement du 13eme mois de salaire, la mise en place d'un système de rémunération, la classification professionnelle, le paiement d'un bonus partiel de cession des actifs, la mutation du personnel des sites vers la base, la prime de panier, l'évolution des primes sur le Cap Lopez et la prime de responsabilité. Les grévistes pointent également du doigt la violation du décret de mars 2016 régissant le travail des expatriés, mais aussi le non-respect d'une autre loi, celle de janvier 2008, réglementant les plans de départ volontaire et la mise à disposition du personnel. A ces "chefs d'accusation" contre Total, ONEP ajoute le délit d'entrave à la grève, accusant le groupe d'avoir recruté à l'extérieur pour remplacer les grévistes.

Affaire à suivre

Les syndicalistes de l'ONEP n'ont toutefois pas indiqué si Total a fait des concessions, pour qu'ils reprennent leur service. L'organisation a juste indiqué qu'ils pourraient continuer la grève si l'entreprise ne répondait pas à leurs exigences. Au Gabon, Total a été l'opérateur historique et leader sur ce secteur avant de se faire racheter par Perenco en 2017 une bonne partie de ses vieux champs pétroliers.

Quelles réponses aux enjeux environnementaux et énergétiques en Afrique ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.