Aéronautique : Eximbank finance la construction de 3 centres de formation au Gabon

 |   |  547  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
La banque chinoise Eximbank va soutenir des projets de construction de 3 centres de formation de 1000 à 1500 places au Gabon. L'information a été apportée au président Ali Bongo Ondimba par Zhan Yan, la patronne du groupe chinois Avic international, auquel les travaux de construction ont été confiés.

Après les accords de décembre 2016 conclus à Pékin, l'Empire du milieu envisage d'étendre son ancrage au Gabon. C'est dans cette perspective que l'Eximbank of China va apporter son appui financier à un projet de construction de centres de formation de 1000 à 1500 places dans le pays. Il s'agit d'une initiative portée par le groupe chinois Avic international et qui s'inscrit dans le cadre de la consolidation de la coopération entre la Chine et le Gabon.

En fin de semaine dernière, annonçant au président Ali Bongo le bien fondé du projet, la patronne du groupe industriel chinois Zhan Yan a confié qu'il s'agira de la construction de trois centres de formation professionnelle, dans les métiers de l'aéronautique dans trois villes stratégiques du Gabon. Selon la patronne du groupe Chinois, ces établissements qui bénéficieront aussi de l'appui des formateurs chinois, seront érigés à Libreville dans l'Estuaire, à Port-Gentil dans l'Ogooué-Maritime et à Franceville dans le Haut-Ogooué. Les travaux devraient débuter en juin prochain.

Même son de cloche du côté des autorités gabonaises. Selon elles, ce projet permettra au Gabon de se démarquer dans la sous-région, en disposant de pôles de formation et de remise à niveau dans les domaines aéronautiques et technologiques, mais aussi de renforcer l'offre de formation et de qualification des jeunes. Notons que le groupe Avic est une holding publique chinoise fondée en 2008 avec plus de 450 000 employés dans le monde. En 2016, il a été classé au 143 ème rang du ''Fortune Top 500 entreprises'' de Forbes.

Une forte présence des investissements chinois au Gabon

Depuis un certain temps les pays africains pour la plupart francophones à l'image du Gabon ouvrent leurs portes aux investissements chinois. A Libreville, la Chine s'est engagée sur beaucoup de projets de développement, surtout dans le domaine des infrastructures notamment dans le secteur de la construction des édifices publics comme le Sénat.

« Le Gabon est une terre d'opportunité. Et nous appelons les entreprises chinoises, qui sont déjà présentes au Gabon, à venir encore plus nombreuses pour investir. Et c'est donc le message naturel qui est le mien vis-à-vis d'un de nos plus gros partenaires qui est la République populaire de Chine », avait déclaré Ali Bongo Ondimba en décembre dernier lors de sa visite officielle en Chine.

D'après les sources du ministère en charge des affaires étrangères, l'Empire du milieu est fortement implanté au Gabon à travers une trentaine d'entreprises opérant dans l'exploitation pétrolière (Addax, Sino Gabon), l'exploitation minière (CICMHZ qui exploite le gisement de manganèse de Ndjolé), le bois et l'industrie du bois, l'hôtellerie, la restauration, la pêche et le secteur du sport. Depuis la présence chinoise s'est étendue aux secteurs de la construction des routes, de l'industrie, du commerce et bientôt dans le secteur bancaire.

Les relations diplomatiques entre les deux pays existent depuis 1974 et n'ont cessé de se développer. En 10 ans, le volume des échanges commerciaux bilatéraux entre la Chine et le Gabon s'est accru, passant de 390 millions de dollars en 2005 à 1,77 milliard de dollars en 2015. Ce qui fait de Pékin le premier partenaire commercial et la 2ème source des importations du Gabon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :