FMI : après deux ans de négociations, un plan de sauvetage de 449 millions de dollars pour le Congo

 |   |  321  mots
Christine Lagarde, ex-directrice du FMI, et Denis Sasso Nguesso, président de la République du Congo, le 19 décembre 2017 à New York.
Christine Lagarde, ex-directrice du FMI, et Denis Sasso Nguesso, président de la République du Congo, le 19 décembre 2017 à New York. (Crédits : DR)
Après l’accord sur la dette chinoise, le FMI approuve le plan de sauvetage de la République du Congo. La situation crée un précédent pour d’autres pays aux prises avec de lourdes dettes vis-à-vis de la Chine.

Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé ce jeudi un plan de sauvetage de près de 449 millions de dollars pour la République du Congo. Une première en Afrique où beaucoup de pays se sont lourdement endettés auprès de la Chine. Les négociations pour un plan de sauvetage ont duré deux ans. L'économie congolaise a subi de plein fouet la chute des prix du brut en 2014 poussant le niveau de la dette a 118% du PIB en 2017. Le FMI avait exigé du Congo d'assurer la viabilité à long terme de sa dette, condition préalable à un programme de crédit prolongé de trois ans.

Lire aussi : Aérien : RwandAir conclut un partenariat stratégique avec Congo Airways

 Le Congo a conclu un accord pour restructurer une partie de sa dette chinoise en avril. «Le récent accord de restructuration de la dette bilatérale de la République du Congo devrait s'accompagner de la poursuite de la bonne foi des efforts de restructuration de la dette commerciale», selon Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI. La dette congolaise auprès de la Chine s'élevait à 2,56 milliards de dollars à la fin du mois de mars. Pour pouvoir bénéficier de ce programme du FMI, le gouvernement congolais a entrepris une série de réformes visant à améliorer la transparence dans la gestion des ressources publiques, en particulier dans son secteur pétrolier traditionnellement opaque.

Lire aussi : Gazelles ou tortues ? Le défi des affaires dans une Afrique troublée

De nombreux observateurs considèrent le Congo comme un test pour le FMI. Un certain nombre de pays africains confrontés à une dette insoutenable résultant d'emprunts commerciaux, d'un essor des émissions d'euro-obligations et de plusieurs années de prêts chinois sur le Continent devraient également faire appel au FMI pour obtenir de l'aide au cours des prochaines années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :