Réfugiés au nord du Cameroun : l'UE débloque 13 milliards Fcfa

 |   |  308  mots
(Crédits : DR)
Pour la gestion des réfugiés dans les régions de l'Adamaoua, de l'extrême-Nord et du Nord du Cameroun, l'Union européenne (UE) vient de débloquer une somme de 13 milliards de francs CFA, à travers le Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique. Les fonds serviront à financer des programmes exécutés par des ONG locales et internationales.

L'Union européenne (UE) est inquiète à propos de la situation des réfugiés des régions septentrionales du Cameroun. Ce mardi, l'organisation européenne a annoncé avoir mis à disposition une somme de 13 milliards de francs CFA à travers le Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique (FFUA), pour la gestion des réfugiés dans les trois régions concernées, notamment, l'Adamaoua, de l'Extrême-Nord et celle du Nord. Les fonds aideront à améliorer la situation dans ces milieux. D'après les responsables de l'EU, cette aide européenne ira prioritairement au redressement économique et social et à la lutte contre l'insécurité alimentaire dans les trois régions, d'autant plus que les personnes réfugiées dépendent en grande partie de l'aide humanitaire qui leur est fournie par le Programme alimentaire mondiale (PAM).

Deux programmes pour la prise en charge des réfugiés

Les fonds accordés par l'UE seront gérés par des Organisations non-gouvernementales (ONG) locales et internationales en charge de la mise en œuvre de deux programmes. Selon les sources de l'UE, un premier groupe d'ONG composé d'Action contre la faim (ACF), Première urgence internationale (PUI), de la Croix-Rouge Française (CFR), de Care France (Care) et de Solidarités Internationale (SI) bénéficiera d'un montant de 8,45 milliards de francs CFA sur trois ans pour mettre en œuvre le programme de redressement économique et social inclusif, et de lutte contre l'insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les régions du Nord et de l'Extrême-Nord.

Un second groupe constitué de trois ONG aura à sa disposition 4,55 milliards de francs CFA pour mettre en œuvre le Projet de renforcement de la résilience des populations des régions septentrionales au Cameroun (PRESEC). Ce second programme a les mêmes objectifs que le premier mais ne couvre que la région de l'Adamaoua.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :