Maroc Telecom : l’Etat décide de vendre 8% de sa participation

 |   |  272  mots
Siège de l'opérateur Maroc Télécom à Hay Riyad, un quartier de Rabat, la capitale marocaine.
Siège de l'opérateur Maroc Télécom à Hay Riyad, un quartier de Rabat, la capitale marocaine. (Crédits : DR)
L’Etat marocain a décidé de vendre jusqu'à 8% de sa participation dans le capital de Maroc Telecom. L’opération se fera à travers des cessions de blocs d’actions et une OPV sur la bourse de Casablanca.

D'ici quelques semaines, l'Etat marocain ne détiendrait plus que 22% du capital de Maroc Telecom contre 30% actuellement. En effet, Rabat a décidé de céder jusqu'à 8% de sa participation dans le leader national des télécommunications, a annoncé la firme dans un communiqué vendredi.

« Maroc Telecom prend acte d'un courrier reçu de la part du ministre de l'Economie et des Finances concernant l'intention du Royaume du Maroc de céder dans les semaines à venir une part maximale de 8% du capital et des droits de vote de Maroc Télécom à travers des cessions de blocs d'actions et d'une offre publique de vente sur le marché boursier marocain », indique l'opérateur.

Pour rappel, Maroc Telecom est détenu en majorité par le géant émirati Etisalat (53%), tandis que 16,9% flottent en bourse. Ce projet de l'Etat marocain était pressenti depuis longtemps, dans un contexte où le gouvernement cherche à doper son budget général. Maroc Telecom figure sur la liste des entreprises dont l'Etat est susceptible de se désengager à court ou moyen terme.

Le groupe étant déjà coté à Casablanca et à Paris, la voie royale pour ce désengagement supplémentaire semble en effet être le marché boursier, où le titre Maroc Telecom se comporte plutôt bien, avec un cours oscillant en moyenne autour des des 135 dirhams, pour capitalisation boursière de 119,3 milliards de dirhams au 31 mai 2019.

En termes de performance opérationnelle, Maroc Telecom s'en sort plutôt bien. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 36,03 milliards de dirhams en 2018, en hausse de 3,1% en glissement annuel, grâce notamment au dynamisme de ses activités subsahariennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :