Les hommes clés d'Orange en Afrique

Pour le grand public, la présence d'Orange en Afrique est surtout incarnée par Bruno Mettling, directeur général-adjoint en charge du Moyen-Orient et de l'Afrique et bras droit de Stéphane Richard sur le continent. Mais en première ligne, l'opérateur français s'appuie aussi sur un contingent d'«Africanistes» positionnés dans ses filiales pays. Yves Gauthier, Alioune Ndiaye, Thierry Marigny, Mamadou Bamba, Patrick Benon, Elisabeth Medou-Badang, Jean-Marc Harion ou encore Thierry Millet, zoom exclusif sur les «hommes clés» d'Orange en Afrique.

14 mn

(Crédits : Reuters)

Maroc: un tandem Franco-Marocain aux manettes

Depuis septembre 2016, c'est à Yves Gauthier qu'échoit la responsabilité de diriger la filiale marocaine d'Orange. Ce diplômé de l'INPT a fait l'essentiel de sa carrière au sein du groupe qui s'appelait alors France Telecom, qu'il a rejoint dès 1994. Au sein de l'opérateur, il a gravi quasiment tous les échelons jusqu'à diriger Orange Pays-Bas de 2005 à 2007, puis Mobinil de 2011 à 2016, après un passage par la filiale tunisienne du qatari Ooredoo, Tunisiana, de 2007 à 2011. Il s'appuie au Maroc sur Taieb Belkahia, secrétaire général de l'ancien Medi Telecom, où il officiait depuis 2001 en tant que directeur juridique, puis secrétaire général dès 2005. Considéré comme la tour de contrôle de la filiale marocaine, ce notaire de formation, passé par l'Institut des hautes études de management, a permis à Gauthier de se familiariser rapidement avec le marché des télécoms marocain et a été d'une aide précieuse pour conduire la vaste opération de re-branding opérée à l'automne dernier.

Sénégal: le duo Ndiaye-Marigny pour la très précieuse Sonatel

Au siège d'Orange Sénégal (Sonatel) à Dakar, Alioune Ndiaye occupe les fonctions de directeur général depuis octobre 2012. Cet ingénieur sénégalais, diplômé de l'Institut national des télécommunications d'Evry et de l'Université Paris-Dauphine, compte près de 30 ans d'expérience dans le secteur. Chez Sonatel, où il a gravi les échelons au fil des années, il occupera des postes de responsabilité au sein du pôle financier de la compagnie, d'abord directeur du contrôle de gestion, puis directeur financier. Lorsque Orange crée sa filiale au Mali, c'est lui qui est aux commandes. Il sera derrière l'ascension de l'opérateur comme leader sur le marché des télécoms malien. Chez Orange Sénégal, il est secondé depuis septembre 2015 par Thierry Marigny, un autre homme des télécoms.  Diplômé de Paris Dauphine et Telecom Ecole de Mangement, Marigny a occupé plusieurs postes managériaux chez Orange Belgique (ex-Mobistar). Entre 1998 et 2001, il dirige la filiale libanaise, ainsi qu'Orange Tunisie entre 2009 et 2012, entre autres. Sonatel est très stratégique pour le groupe Orange. Car à elle seule, la compagnie coiffe également les filiales d'Orange au Mali, en Guinée, en Sierra Leone et en Guinée Bissau. Et Thierry Marigny occupe la même fonction pour toutes ces filiales.

Mali: Un Sénégalais à 30 ans d'expérience

Cela fait exactement 19 mois qu'Alassane Diène tient les rênes de la filiale d'Orange à Bamako. Ce pur produit de l'Institut des techniques économiques et comptables de Toulouse et titulaire du diplôme d'études comptables supérieures cumule plus de 30 ans d'expérience dans le secteur des télécoms. En sa qualité de financier, il a été un précieux élément pour les équipes de Sonatel au Sénégal dont il a assuré la direction de l'audit et du contrôle de gestion, ainsi que celle des ressources humaines. Avant de déposer ses valises dans la capitale malienne, il a dirigé avec brio la filiale d'Orange en Guinée.

Guinée: Brelotte Ba, nouveau visage à Conakry

Orange Guinée vient à peine de subir un léger lifting après la disparition tragique d'Eric Bouquillon en février dernier. Depuis lors, la direction générale revient à Brelotte Ba, dépêché d'Orange Niamey dont il était le CEO depuis 2012. Il a officiellement pris ses fonctions ce mois d'avril. Diplômé de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale des ponts et chaussées en France, lui aussi est un ancien de Sonatel. Après y avoir occupé plusieurs postes de responsabilité, il devient CMO d'Orange Guinée entre janvier 2007 et septembre 2008. Il est ensuite affecté à la direction générale d'Orange Bissau entre 2008 et 2011.

Brelotte Ba

Côte d'Ivoire: l'homme fort est un Ivoirien

Mamadou Bamba est l'homme fort d'Orange Côte d'Ivoire depuis 2010. D'abord par intérim, puis titulaire depuis la fusion en avril 2016 d'Orange Côte d'Ivoire et Côte d'Ivoire Telecom dont il était également le directeur général. D'ailleurs, il est l'homme de main de ce projet de fusion initié quelques années auparavant. Diplômé de Sup. de Co. Toulouse, il a passé de longues années dans les rangs du groupe Orange, notamment au sein de la filiale ivoirienne où il a occupé pendant sept ans (1999-2006) le poste de directeur général-adjoint. Entre 2007 et 2009, il est promu aux commandes d'Orange Botswana, avant de revenir dans son pays. Reconnu pour ses qualités managériales, il a été élu en 2013, meilleur manager de Côte d'Ivoire dans la catégorie des entreprises du secteur privé.

Mamadou Bamba

Botswana: Un Béninois « ami de Paris » aux commandes

A Gaborone depuis décembre 2014, c'est le Béninois Patrick Benon qui assure la direction générale. Cet ingénieur diplômé de Telecom ParisTech est d'abord passé par Benin Telecom dont il était directeur général entre 2007 et 2011. C'est après cette expérience qu'il intégrera le groupe Orange, directement affecté en Centrafrique pour y diriger la filiale basée à Bangui. Un poste qu'il occupera jusqu'en 2014.

Patrick Benon

Son mandat a été notamment marqué par les pertes accusées par la compagnie pendant la crise. Un grand nombre d'agences d'Orange vandalisées, du matériel détruit, nombre de Centrafricains s'interrogeaient alors sur l'avenir d'Orange dans le pays, d'autant plus que durant cette période d'instabilité, certaines multinationales avaient décidé de se retirer provisoirement. Mais avec l'appui de Claire Paponneau, alors présidente du Conseil d'administration d'Orange Centrafrique, Patrick Benon a réussi à traverser cette période et redresser la filiale. Très proche de la diplomatie au Bénin et en France, il aurait été nommé premier conseiller du commerce extérieur de la France au Botswana en décembre 2015.

Centrafrique: Une Française perpétue les efforts

Corinne Lozé compte deux ans et quatre mois à tête d'Orange Centrafrique où elle a été nommée en décembre 2014. Elle tient ainsi les rênes de la filiale d'un groupe qu'elle connaît bien, puisqu'elle a passé 18 ans chez Orange où elle a d'ailleurs occupé plusieurs postes de responsabilité, notamment directrice du marketing stratégique et de l'innovation multimédia et directrice génération et analyse de l'audience du groupe. Elle dirigera ensuite, pendant près de cinq ans, Orange StarAfrica.com, le portail de foot des Africains qui permet de suivre en direct toutes les compétitions de football en temps réel.

Burkina Faso: Haidara pour porter les ambitions du groupe

Comme en Côte d'Ivoire, Orange n'a pas cherché loin pour la direction de sa filiale burkinabé lancée officiellement en mars 2017, suite au rachat par le groupe français d'Airtel Burkina Faso, filiale de l'opérateur indien Airtel. C'est à Ben Ckeick D. Haidara que revient, depuis juin 2016 la charge de diriger Orange Burkina Faso. Et l'homme détient à son actif une expérience de 18 ans de management dans les télécoms qui font de lui un expert en la matière. Avant de rejoindre le groupe français, ce diplômé de HEC dirigeait la filiale burkinabé d'Airtel. Plutôt, il avait occupé la même fonction chez Etisalat Benin (2011 -2014), chez Atlantique Telecom Niger (2008-2011), chez Prestige Telecom Côte d'Ivoire en 2008 et chez Telecel Burkina Faso (2007-2008). Des charges qu'il a enchaînées après avoir assuré les fonctions de directeur financier pour Atlantic Telecom Gabon pendant un an et Telecel Burkina Faso pendant près de six ans. Dans ses nouvelles fonctions à Ouagadougou, il prépare actuellement le passage de la 3G à la 4G.

RDC: Un ancien d'Orange y mène des négoces porteurs

Au pays de Joseph Kabila, Jean-Michel Garrouteigt est PDG d'Orange RDC depuis juillet 2014. Il a ainsi remplacé Jean-Léon Bonnechère qui a mené le projet d'implantation de la filiale du groupe français à Kinshasa qui compte à ce jour plus de deux millions de clients. Dans les équipes d'Orange depuis de nombreuses années, Garrouteigt a occupé plusieurs fonctions de responsabilités, notamment la présidence du conseil d'administration d'Orange Botswana, ainsi que la direction générale d'Orange République Dominicaine où il a mené, entre autres, le lancement de la 4G. A Kinshasa, son mandat est notamment marqué par le rachat par Orange de Tigo, la filiale locale du luxembourgeois Millicom. Une acquisition à 160 millions de dollars qui a rehaussé le positionnement de la firme française dans ce pays d'Afrique centrale. A noter qu'il reste depuis son arrivée à Kinshasa, conseiller du commerce extérieur de la République Française en RDC.

Sierra Leone: un élément de la Sonatel « envoyé spécial » à Freetown

Depuis seulement juillet 2016, c'est Sekou Drame qui est aux commandes de la filiale d'Orange (Airtel SL) à Freetown. Celle-ci étant une filiale de Sonatel, lui aussi a été choisi des rangs de cette société sénégalaise (lui-même appartenant au groupe Orange), dont il a été le directeur des opération réseaux entre 2008 et 2012. Après avoir occupé des postes de responsabilité chez Orange Mali entre 2003 et 2006, il en devient le directeur général de 2012 à 2014 et mettra ensuite le cap sur le Sénégal, pour occuper le même poste chez la filiale locale d'Orange Business Services. Diplômé de Telecom ParisTech, l'homme peut se targuer d'une expérience de 18 ans dans le secteur des télécoms.

Cameroun: l'intendante des lieux est une femme d'influence

Au Cameroun, c'est une femme qui mène les activités locales d'Orange depuis décembre 2013 : Elisabeth Medou-Badang. Titulaire d'un master en finance de l'Université de Paris XI en 1987, complété par plusieurs des formations d'excellence, notamment à l'ESCP Europe, cette quinquagénaire a débuté sa carrière à Paris dans le secteur de la gestion. Elle intègre Orange Cameroun en 1999 en tant que CEO adjoint, un poste qu'elle occupera jusqu'en 2009.

Elisabeth Medou

Affectée ensuite à la direction générale d'Orange Botswana pendant quatre ans, elle reviendra ensuite chez la filiale d'Orange dans son pays pour en prendre les rênes. Première personnalité non européenne et première femme à occuper ce poste chez Orange Cameroun depuis sa création en février 2000, sa nomination l'a propulsée au rang des personnalités les plus influentes de son pays.

Egypte: Un fidèle d'Orange mène l'offensive

Jean-Marc Harion est le nouvel homme fort d'Orange Egypte depuis août 2016. Il a débarqué d'Orange Belgique qu'il dirigeait depuis 2011. Précédemment, il était à la tête de la filiale dominicaine du groupe télécoms français. Chez Orange depuis 1999, ce diplômé de Sciences Po a occupé des postes managériaux à Paris, Londres et New York. Parallèlement, il tenait son entreprise basée à Paris et Londres, Computer Channel, une agence web et centre de formation Internet et vidéo. En pleine offensive en Egypte depuis le rachat de l'opérateur national Mobinil en mars 2016, Orange veut redevenir leader des télécoms dans ce pays, numéro un des filiales africaines du groupe français en termes de nombre de clients, avec 33 millions de fidèles. Et c'est Jean-Marc Harion qui a la lourde mission d'assurer cette remontée. Mais fort de ses succès à Orange Belgique, il est à la tâche. En octobre dernier, il a signé avec les autorités égyptiennes l'acquisition de la licence 4G d'Orange.

Jean-Marc Harion

Niger: Qui sera le prochain homme fort ?

Au Niger, la direction générale d'Orange est vacante depuis le départ de Brelotte Ba. Selon nos sources à Niamey, l'intérim est assuré par le directeur financier et juridique d'Orange Niger, Dominique Aubert, un poste occupé depuis janvier 2016. Des pourparlers seraient en cours pour la nomination d'un nouveau DG. Mais il ne serait pas étonnant que l'actuel DFJ décroche le poste. Dans les rangs d'Orange depuis 1983, il est l'exemple parfait d'une ascension dans le temps. Simple agent de maîtrise chez Orange en Bourgogne au départ, il découvre les postes managériaux après son diplôme d'ingénieur chez Telecom Lille1 (1993-1995). Il dirige le département du recouvrement chez Orange Côte d'Ivoire entre 2000 et 2002 et devient, après un autre passage en France, directeur contrôle de gestion d'Orange Cameroun entre 2007 et 2011. Après cinq nouvelles années de service dans l'Hexagone, il débarque à Niamey en juin 2016.

Madagascar: Un familier d'Orange en poste depuis novembre

A Antananarivo, Michel Degland compte tout juste cinq mois à la tête de la filiale locale d'Orange. Nommé en effet en novembre dernier, suite au décès de son prédécesseur Jean Luc Bohé, l'homme est également un familier du groupe français. Diplômé de HEC, il a démarré sa carrière au début des années 1980 chez SONY, puis le groupe Philips avant d'intégrer le groupe France Telecom en 1990, où il a passé près de neuf ans. C'est après ces expérience qui intégrera pour dix ans de «bons et loyaux services» Viaccess-Orca, la filiale d'Orange qui protège et améliore la valeur des services de contenus aux utilisateurs. Il y sera d'abord vice-président chargé des terminaux et des cartes, puis vice-président en charge des opérations et services. Avant de rejoindre Orange Madagascar, il dirigeait, entre 2009 et 2016, SoftAtome, une société de technologie.

Tunisie: Le duo Millet-Masmoudi à l'œuvre

Thierry Millet occupe le poste de directeur général d'Orange à Tunis depuis avril 2017. Diplômé de l'Ecole Polytechnique et de Telecom ParisTech, il expérimente les postes managériaux chez Orange depuis 2003, avec notamment la direction générale d'Orange Roumanie entre 2005 et 2011. Il est secondé par Hatem Masmoudi, lui-même diplômé de l'Ecole des Hautes études en sciences sociales, Telecom Paris Tech et Ecole polytechnique. Fort de 20 ans d'expérience au sein du groupe Orange, d'abord chez Orange Business Services, puis chez Orange Tunisie, cet ingénieur tunisien est un appui certain pour le nouveau CEO, puisqu'en fonction CEO adjoint depuis janvier 2016, il a une visibilité fine du précédent management et peut être un précieux soutien pour les nouvelles orientations de la filiale d'Orange.

Orange Tunis

Liberia: Mamadou Coulibaly, l'homme de main

C'est en avril 2016 que le groupe français a finalisé son implantation au Liberia après l'acquisition de 100 % de Cellcom. Mais pour l'instant, les deux entités suivent encore leur processus de fusion. « C'est une information, pour le moment, confidentielle, mais le changement de marque s'opérera prochainement », indique à La Tribune Afrique le service presse d'Orange à Paris. Mais le groupe français a d'ores et déjà désigné le leader de sa filiale à Freetown en la personne de Mamadou Coulibaly, nommé directeur général de Cellcom Liberia « depuis février 2017 », selon la même source. Il remplace ainsi Avishai Marziano qui, d'après notre interlocuteur, « a quitté l'entreprise ». C'est donc à Mamadou Coulibaly que revient la charge de mener à bien les ambitions d'Orange au Liberia. Ce jeune Marketeur cumule une dizaine d'années au sein d'Orange en Côte d'Ivoire où il a géré plusieurs responsabilités, dont celle du département Business Intelligence avant de passer directeur Stratégie, Relation Client, Qualité et RSE OCIT.

Guinée Bissau: Sous la tutelle de Sonatel

A Bissau, c'est Seydi Ahmed Sy Sarr qui assure la direction générale de la filiale d'Orange. Il a été pendant plusieurs années directeur de la réglementation et des affaires juridiques de la Sonatel.

Guinée équatoriale: Orange savoure encore sa victoire contre l'Etat

Ici, Orange était opposé à l'Etat dans le cadre d'un long contentieux qui a finalement trouvé une issue en octobre 2016. La Guinée équatoriale a accepté de soumettre au verdict de la justice en versant 150 millions d'euros à Orange, suite au litige qui les opposait au sujet de l'actionnariat de l'opérateur national historique Getesa.

Maurice: Une filiale sur laquelle Orange n'a pas (encore) de contrôle

Depuis février 2015, Sherry Singh est le CEO de Mauritius Telecom, détenu à 40 % par le groupe Orange. Diplômé de l'Université de Cape Town, il a mené une carrière de consultant, avant de se poser en tant que directeur Marketing et même directeur général dans des structures internationales. Entre 2010 et 2011, il a même assumé des fonctions de Conseiller senior du vice-Premier ministre et ministre des Finances de Maurice.

14 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.