Les hommes clés d'Orange en Afrique

 |   |  2746  mots
(Crédits : Reuters)
Pour le grand public, la présence d'Orange en Afrique est surtout incarnée par Bruno Mettling, directeur général-adjoint en charge du Moyen-Orient et de l'Afrique et bras droit de Stéphane Richard sur le continent. Mais en première ligne, l'opérateur français s'appuie aussi sur un contingent d'«Africanistes» positionnés dans ses filiales pays. Yves Gauthier, Alioune Ndiaye, Thierry Marigny, Mamadou Bamba, Patrick Benon, Elisabeth Medou-Badang, Jean-Marc Harion ou encore Thierry Millet, zoom exclusif sur les «hommes clés» d'Orange en Afrique.

Maroc: un tandem Franco-Marocain aux manettes

Depuis septembre 2016, c'est à Yves Gauthier qu'échoit la responsabilité de diriger la filiale marocaine d'Orange. Ce diplômé de l'INPT a fait l'essentiel de sa carrière au sein du groupe qui s'appelait alors France Telecom, qu'il a rejoint dès 1994. Au sein de l'opérateur, il a gravi quasiment tous les échelons jusqu'à diriger Orange Pays-Bas de 2005 à 2007, puis Mobinil de 2011 à 2016, après un passage par la filiale tunisienne du qatari Ooredoo, Tunisiana, de 2007 à 2011. Il s'appuie au Maroc sur Taieb Belkahia, secrétaire général de l'ancien Medi Telecom, où il officiait depuis 2001 en tant que directeur juridique, puis secrétaire général dès 2005. Considéré comme la tour de contrôle de la filiale marocaine, ce notaire de formation, passé par l'Institut des hautes études de management, a permis à Gauthier de se familiariser rapidement avec le marché des télécoms marocain et a été d'une aide précieuse pour conduire la vaste opération de re-branding opérée à l'automne dernier.

Sénégal: le duo Ndiaye-Marigny pour la très précieuse Sonatel

Au siège d'Orange Sénégal (Sonatel) à Dakar, Alioune Ndiaye occupe les fonctions de directeur général depuis octobre 2012. Cet ingénieur sénégalais, diplômé de l'Institut national des télécommunications d'Evry et de l'Université Paris-Dauphine, compte près de 30 ans d'expérience dans le secteur. Chez Sonatel, où il a gravi les échelons au fil des années, il occupera des postes de responsabilité au sein du pôle financier de la compagnie, d'abord directeur du contrôle de gestion, puis directeur financier. Lorsque Orange crée sa filiale au Mali, c'est lui qui est aux commandes. Il sera derrière l'ascension de l'opérateur comme leader sur le marché des télécoms malien. Chez Orange Sénégal, il est secondé depuis septembre 2015 par Thierry Marigny, un autre homme des télécoms.  Diplômé de Paris Dauphine et Telecom Ecole de Mangement, Marigny a occupé plusieurs postes managériaux chez Orange Belgique (ex-Mobistar). Entre 1998 et 2001, il dirige la filiale libanaise, ainsi qu'Orange Tunisie entre 2009 et 2012, entre autres. Sonatel est très stratégique pour le groupe Orange. Car à elle seule, la compagnie coiffe également les filiales d'Orange au Mali, en Guinée, en Sierra Leone et en Guinée Bissau. Et Thierry Marigny occupe la même fonction pour toutes ces filiales.

Mali: Un...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :