Startups : l'Afrique de l'Ouest domine le palmarès de la deuxième édition de MyAfricanStartUp 100

 |   |  460  mots
(Crédits : Fotolia)
La nouvelle édition du palmarès MyAfricanStartUp 100 a été publiée ce mercredi 17 avril. Elle laisse voir une nette domination des startups ouest-africaines suivies par celles de l'Afrique de l'Est. En ce qui concerne les secteurs représentés parmi les startups retenues dans la publication, la Fintech, les services et le commerce ont pris les devants.

MyAfricanStartup.com vient de rendre publique la seconde édition de son palmarès annuel des 100 start-ups africaines innovantes dans lesquelles investir. Il s'agit d'une initiative indique-t-on qui « vise à accroître la visibilité des startup à fort potentiel auprès des investisseurs africains et internationaux ».

Lire aussi : Télécoms : en 2018, la téléphonie mobile a généré 50 milliards de dollars en Afrique de l'Ouest [Rapport]

Selon les auteurs de l'étude, ce document répond à la montée des investissements sur le continent africain avec une forte attractivité du secteur Tech. « Le palmarès annuel des 100 startup africaines répond aux besoins des investisseurs internationaux de cibler celles qui seront les pionniers de l'innovation et du secteur privé africain dans les années à venir », note-t-on dans un communiqué à la presse introduisant l'étude.

L'Afrique de l'ouest championne

Parmi ces startups auxquelles le classement accorde une visibilité, on voit une forte domination ouest-africaine. La sous-région prend près de 40 places dont 17 pour le Nigeria seul et 11 pour le Sénégal. On notera l'apport de la Côte d'Ivoire représentée par 5 jeunes pousses ou encore le Ghana et ses 4 startups. Le Burkina Faso est également représenté par une startup.

L'Afrique de l'Ouest est suivie de l'Afrique de l'Est qui occupe 24 places. Cette forte présence de cette sous-région est à imputer aux prouesses du Kenya qui a placé 16 start-ups sur cette prestigieuse liste. Quant à la Tanzanie (5) et à l'Ouganda (3), leurs présences restent faibles.

Il faut également prendre en compte la forte présence certains pays comme l'Afrique du Sud (14 places) qui passe à elle seule, devant l'Afrique du nord (domination de la Tunisie avec 4 places) qui n'a pas pu atteindre 10 places. Quant à l'Afrique centrale elle s'est enfoncée avec les deux places revenant au Cameroun, seul représentant de la sous-région.

La Fintech et les services-commerces, les plus représentés

Les start-ups africaines retenues par MyAfricanStartup 100 exercent dans divers secteurs d'activité. Cependant, selon le rapport, on note un très gros avantage pour les services financiers (30) et pour les services (Btoc & BtoB, 35). Ces secteurs sont suivis de très loin des secteurs de la Biotech et Healtech (11) et de Telecom & Technologie et Cleantech-Energy-DD (8). Pour leurs activités, les start-ups ont choisi 3 plateformes diverses. La plateforme web est privilégiée par 42% d'entre elles, tandis que 31% d'entre elles ont choisi la plateforme mobile. Le reste (27%) fait confiance aux deux plateformes web et mobile.

Lire aussi : Intelligence artificielle : l'Américain SAS va investir 1 milliard de dollars en Afrique

Rappelons que MyAfricanStartUp 100, « le Palmarès annuel des 100 startups africaines innovantes dans lesquelles investir », est édité depuis 2017 avec l'appui de la Banque Africaine de Développement (BAD) ainsi que de partenaires institutionnels, académiques, ou privés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :