10000 startups pour changer le monde fait escale à Casablanca

 |   |  644  mots
Le jury était composé de représentants de La Tribune, La Tribune Afrique, Enedis, Mazars, ainsi que de Laurent Dupuch, président de BMCI, filiale du groupe BNP Paribas.
Le jury était composé de représentants de La Tribune, La Tribune Afrique, Enedis, Mazars, ainsi que de Laurent Dupuch, président de BMCI, filiale du groupe BNP Paribas. (Crédits : DR)
Mardi dernier 6 startups africaines présélectionnées avaient rendez-vous à Casablanca pour participer à la sélection pour la septième édition du concours 10000 startups pour changer le monde. L'une d'entre elles recevra le prix Afrique, le 25 mars prochain au Grand Rex de Paris.

Pour la deuxième année consécutive, le concours 10000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et BNP Paribas, consacre un prix spécial aux startups africaines. Mardi 26 février, les 6 startups présélectionnées étaient conviées à Casablanca afin de « Pitcher » leurs projets devant un jury dédié. Ce dernier était composé de représentants de La Tribune, La Tribune Afrique, Enedis, Mazars, ainsi que de Laurent Dupuch, président de BMCI, filiale du groupe BNP Paribas. Immersion au cœur de 6 projets africains novateurs.

Azowato : plateforme africaine de micro-service

Première startup à se présenter devant le jury (via Skype) Azowato est un projet, né en 2016 au Bénin, qui a pour objectif de mettre en lien entreprises et professionnels indépendants, et ce à travers une plateforme dédiée et moyennant une commission sur chaque opération. Azowato qui se définit comme la plateforme africaine de micro service entend désormais passer un cap dans son développement notamment en s'exportant au-delà des frontières béninoises.

Cuimer : du cuir de poisson !

Récupérer les déchets de poissons pour en faire du cuir exotique et ensuite le façonner en produits de maroquinerie. C'est en substance l'idée novatrice derrière Cuimer. Cette startup incubée au Kluster de la Chambre Française de Commerce et d'Industrie au Maroc est désormais en quête de financements afin d'industrialiser son process et pourquoi pas lorgner des marchés à l'export.

Ecodome : des bâtiments qui épousent le paysage

En regardant les images des réalisations d'Ecodome, l'on ne peut s'empêcher de penser à Star Wars et la maison de l'enfance de son personnage phare Luke Skywalker. Pourtant, c'est bien dans la tradition ancestrale marocaine que cette jeune startup puise son inspiration pour réaliser des bâtiments qui épousent le paysage dans lequel ils s'érigent. Le tout en exploitant les ressources locales, notamment la terre, et en s'adaptant aux conditions climatique extrêmes à travers des enduits extérieurs dont les formules sont brevetées par Ecodome.

Kourtim : optimiser les flux de transport

Kourtim se définit comme une plateforme digitale de planification et de gestion des flux de transport en temps réel. Faisant appel aux technologies de Blockchain et de l'intelligence artificielle, la plateforme permet aux professionnels de rationaliser et d'optimiser la gestion de leurs flux de transport tout en ayant une visibilité complète sur le processus de la planification à l'expédition. Kourtim mise sur le marché marocain et ouest-africain pour garantir son développement dans les années à venir.

Low Tech Lab : consommer mieux avec moins

Plus qu'une startup, Low Tech Lab se conçoit d'abord comme un laboratoire ayant pour objectif de concevoir des produits sollicitant très peu d'énergie, de ressources naturelles et à moindre coût. Il comporte trois pôles. Un pôle de développement, production et commercialisation de produits Low Tech. Un pôle d'accompagnement des porteurs de projets qui ont les même objectifs Low Tech. Et enfin, un pôle atelier partagé pour la production des produits du Low Tech Lab, ainsi que ceux des projets accompagnés. A ce jour, le projet le plus emblématique du Low Tech Lab reste la conversion d'une 4L thermique en voiture 100% électrique.

Sanga TV : accéder aux télés africaines par un simple clic

Sanga TV se définit comme le premier service de télévision « OTT » créé en Afrique, via une plateforme qui permet de consulter des contenus TV d'Afrique à partir d'une simple connexion internet. La plateforme fonctionne sur un modèle publicitaire en Afrique, mais peut être aussi utilisé à partir de l'Europe sur abonnement. Une bonne nouvelle pour la diaspora qui peut ainsi rester branchée programmes TV des pays d'origine moyennant un abonnement moins cher que les autres bouquets disponibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :