Parmi les 8 startups lauréates du prix Sprint, laquelle recevra le prix Afrique #10000startups ?

 |   |  793  mots
Photo des lauréats du prix Sprint 2018 en compagnie des officiels, lors de la cérémonie de remise des prix qui s'est tenue ce jeudi 1er mars au siège de la région Casablanca-Settat.
Photo des lauréats du prix Sprint 2018 en compagnie des officiels, lors de la cérémonie de remise des prix qui s'est tenue ce jeudi 1er mars au siège de la région Casablanca-Settat. (Crédits : DR)
En marge de Futur.e.s in Africa qui s'est tenu ces 1er et 2 mars à Casablanca, le réseau Sprint a mis en lumière des startups en provenance d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Côte d’Ivoire, du Sénégal, de Madagascar, de France et du Liban. Lauréates du prix Sprint 2018 dans leurs pays respectifs, elles ont en commun l’efficience économique et l’impact social et environnemental. L'une d'entre elles se verra aussi attribuée le prix Afrique lors de l’événement #10000startups organisé par La Tribune.

Futur.e.s in Africa  dont la première édition casablancaise se clôt ce 2 mars a également été l'occasion de délocaliser l'édition 2018 des prix Sprint. Cette structure lancée à l'initiative de la Région Île de France et d'INCO a décidé de voir grand et d'accompagner l'émergence d'une nouvelle génération d'entrepreneurs en Île de France, sur le continent africain, et désormais aussi au Liban.

8 pays à l'honneur

Le réseau met ainsi l'accent sur les structures combinant « efficience économique, création de richesses et fort impact social et environnemental ». Cette année Sprint a accueilli des incubateurs d'Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Côte d'Ivoire, du Sénégal, de Madagascar, du Liban et de France.

Le réseau tente aussi de favoriser la mobilité des entrepreneurs afin qu'ils puissent « se frotter à d'autres écosystèmes entrepreneuriaux, confronter leur produit et services à d'autres marchés », explique Nicolas Hazard, président d'INCO. Pour cela, le réseau Sprint récompense annuellement une startup « green particulièrement dynamique qui allie innovation technologique et impact environnemental, tout en mobilisant l'écosystème entrepreneurial vert local », dans chacun des 8 pays du réseau.

Biodôme, CyclingCircle et DMS

Le jury a décidé de primer pour cette édition, Biodôme du Maroc, une entreprise qui vise à améliorer la gestion des déchets ruraux et urbains à travers la commercialisation de cuves qui permettent la production de fertilisant organiques et l'incorporation de compost dans les sols. Le management de la startup vise notamment à contribuer à la réduction des dépenses publiques en termes de collectes de déchets et aider notamment les agriculteurs recycler leurs déchets organiques pour en faire du fertilisant.

Au Liban, le jury a sélectionné CyclingCircle, une structure qui se présente comme le airbnb du vélo au Liban. Elle a pour vocation de mettre en relation utilisateurs et propriétaires de vélos et ainsi promouvoir ce mode de transport non polluant.

Développement Matériel Synthétique (DMS) a également été primée pour le Sénégal. L'activité de DMS se base sur le recyclage des déchets plastiques pour ensuite en faire de la matière première pour la production de tuyaux d'arrosage pour les agriculteurs sénégalais. DMS se targue d'avoir déjà produit via ce procédés près de 2500 km de tuyaux.

Goutra et Heri

La startup algérienne Goutra, spécialisée dans le développement des systèmes embarqué a également été primée pour son afficher de consommation d'eau en temps réel qui permet ainsi de sensibiliser le consommateurs de manière efficace et le pousser réduire sa consommation. Goutra détient la propriété industrielle de son produit en Algérie, en Europe et aux Etats-Unis.

Heri Madagascar a également été primée pour la construction de kiosques énergétiques solaires dans des villages ruraux de l'île. Des kiosques qui permettent de fournir des solutions d'accès à l'énergie pour les populations les plus vulnérables et disposent d'une capacité de 2 Kw, ce qui porte à plus de 200 Kw l'énergie solaire produite par Heri au profit de 150.000 personnes. A sa troisième année d'exploitation l'entreprise a enregistré 1.8 million d'euros de chiffres d'affaires.

IFarming, Vermimart et Molinot

Pour la Tunisie, c'est IFarming qui a été primée pour ses activités innovantes pour l'irrigation et les activités de production agricole. L'entreprise se focalise sur les solutions de gestion d'irrigation en temps réel et une plateforme prédictive pour la planification, la gestion et le suivi d'activité de production durant la campagne agricole.

Côté français, c'est Molinot une entreprise sociale et solidaire spécialisée dans la gestion des déchets alimentaires. Spécialisé dans la collecte, le tri et le traitement de bio déchets, via la méthanisation et le compostage de ces bio déchets.

Vermimart est de son côté, une startup ivoirienne produisant de l'engrais biologique via un processus de valorisation des bio déchets par les vers de terre. L'entreprise ivoirienne offre ainsi aux agriculteurs une alternative écologique aux engrais chimiques ou de fumiers bruts nocifs pour l'environnement.

Le jury de Sprint s'est reposé sur la pertinence de la solution apportée au problème environnemental identifié, l'impact environnemental du projet, la pérennité du modèle financier, l'existence d'une demande pour leur produit, l'innovation ou encore la capacité de mise en œuvre du projet par l'entreprise. L'un des lauréats de Sprint 2018, devrait faire partie des « #10000startup pour changer le monde », organisé par La Tribune qui se tiendra le 9 avril prochain à Paris et se verra ainsi attribué le prix Afrique. D'ici là, le suspense reste de mise...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :