Orange et MTN lancent une entreprise commune pour l'interopérabilité du «mobile money»

 |   |  576  mots
(Crédits : Reuters)
Les groupes Orange et MTN viennent de lancer une entreprise commune, Mowali, qui permettra l'interopérabilité des paiements sur l'ensemble du Continent. La nouvelle société devrait rendre possibles les transferts de fonds entre comptes de «mobile money», quel que soit l'opérateur.

Orange et MTN, deux leaders du secteur des télécommunications et du mobile money sur le continent africain, continuent d'y promouvoir le développement des services financiers mobiles. Les deux groupes ont annoncé ce jeudi la création d'une entreprise commune, Mowali, qui permettra l'interopérabilité des paiements sur l'ensemble du Continent.

«Mowali rend possible tout transfert de fonds entre comptes de "mobile money", en temps réel et à coût réduit, quel que soit l'opérateur», indique un communiqué du management de l'entreprise. Alors que la celle-ci bénéficiera des 100 millions de comptes mobile money des deux groupes, cette interopérabilité signifiera du point de vue des clients que l'on peut «payer ou recevoir de l'argent depuis n'importe quel compte mobile, quel que soit l'opérateur ». Ainsi, Mowali dont l'objectif est d'accroître l'usage des services de mobile money, auprès des utilisateurs et des commerçants, permet la libre circulation des flux de mobile money entre les comptes, quel que soit le pays et l'opérateur sur le Continent.

«Elle fonctionne comme une société de services, ouverte à tout fournisseur de "mobile money", en Afrique, y compris les banques, les opérateurs de transfert d'argent et les autres fournisseurs de services financiers», précise-t-on.

«En offrant une interopérabilité totale entre les différentes plateformes, Mowali constitue un pas en avant significatif permettant au "mobile money" de devenir un moyen de paiement universel en Afrique. Accroître l'inclusion financière en utilisant les technologies du numérique est un élément essentiel pour le développement économique de l'Afrique, en particulier pour les communautés les plus isolées», commente Stéphane Richard, PDG d'Orange.

Le développement à travers la finance inclusive

Pour le top management de Orange, Mowali est la preuve de l'engagement de sa société pour être un acteur majeur de la transformation digitale en Afrique : «En nous associant à MTN, un autre leader du marché africain, nous accélérons le rythme de cette transformation au point de changer la vie de nos clients en leur fournissant des services plus simples, plus sûrs et plus avantageux ».

Une vision partagée par Rob Shuter, PDG du groupe MTN, qui estime que les partenariats comme celui avec Orange sont primordiaux lorsque l'on cherche à accélérer le développement et à surmonter une partie des défis auxquels la société moderne est confrontée en termes de dimensionnement, de portée et de complexité.

«Ce partenariat avec Orange est donc une étape importante pour affirmer notre rôle substantiel dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies qui consistent à éliminer la pauvreté extrême et à renforcer le développement socio-économique sur les marchés dans lesquels nous opérons. C'est ainsi que nous offrirons à nos clients un accès au fabuleux monde numérique de demain», avance le Top management de MTN.

Pour sa part, Kosta Peric, directeur adjoint des Services financiers pour les populations défavorisées, à la Fondation Bill & Melinda Gates qui estime que l'interopérabilité des paiements mobiles pour soutenir l'inclusion financière a été l'obstacle le «plus difficile à surmonter» pour le secteur des services financiers, a indiqué qu'avec Mowali, «Orange et MTN fournissent une solution qui leur permettra, à eux-mêmes ainsi qu'à d'autres sociétés, d'étendre plus rapidement les services financiers numériques à travers l'Afrique, et ce pour tous, y compris les populations défavorisées».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :