Fintech : Finserve d’Equity Group veut dompter le e-commerce et le transfert d’argent en Afrique

 |   |  457  mots
(Crédits : DR.)
Fraîchement lancée par le groupe bancaire kényan Equity Group en tant qu'entité indépendante, Finserve est une fintech qui veut conquérir le marché africain de l’e-commerce et du transfert d’argent. Ses premières cibles : hommes d’affaires et entreprises opérant en Afrique centrale et de l’Est.

Finserve voit grand. La fintech kényane annonce le lancement prochain d'une nouvelle plateforme de paiement à venir qui sera destinée aux hommes d'affaires et entreprises opérant dans les secteurs de l'e-commerce et du transfert d'argent en Afrique, a révélé Reuters vendredi 24 août, citant Jack Ngare, directeur général de Finserve.

Pour rappel, Finserve est une filiale à 100% du groupe bancaire kényan Equity Group, officiellement lancée lundi dernier en tant qu'entité indépendante, fournissant des solutions à Equity Group et d'autres organisations. Mais à la base, Finserve Africa est un opérateur existant depuis 2015, cependant jusque-là moins connu que la marque de réseau mobile virtuel Equitel qu'il commercialise via le réseau d'Airtel Kenya.

«En trois ans, nous avons 20% de parts de marché. Donc nous croissons assez vite. Donc l'entité qui assuré le service d'Equitel pendant ces années est la même qui lance son nouveau service qu'elle offre», a commenté Jack Ngaré, interrogé par Business Today en marge de la cérémonie de lancement, soulignant que le nom Finserve vient de la contraction de «financial services» -services financiers, en français- pour exprimer la vocation de cette fintech, qui est de servir les consommateurs de solutions financières proposées au moyen des technologies.

Partenaire de plateformes de paiement américaines et chinoises

Finserve se trace donc une ambition africaine. Sa stratégie : nouer des partenariats ou fusionner avec les plateformes de paiement déjà existantes en Afrique pour fournir son service. Ainsi, la fintech kényane a déjà intégré sur sa plateforme plusieurs fournisseurs de paiement dont les américains Visa et Mastercard, ainsi que les chinois Alipay, Alibaba et WeChat de Tencent.

Selon la firme, la nouvelle plateforme de Finserve servirait aux hommes d'affaires pour financer en toute sécurité et rapidité leurs opérations dans de nouveaux marchés sans forcément à avoir à transiter par des établissements bancaires ou financiers des marchés visés.

Après l'est et le centre, l'ouest et le sud de l'Afrique

Dans son agenda de développement, Finserve place l'Afrique centrale et de l'Est en tête de ses objectifs, selon la firme. Ainsi, les hommes d'affaires et entreprises actifs dans ces deux zones seront les cibles principales. Les premiers pays qui accueilleront la plateforme sont le Kenya, l'Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda, la RDC et le Soudan du Sud.

Très prochainement Finserve mettra le cap sur l'Ethiopie qui présente un fort potentiel dans le transfert d'argent, surtout depuis que le gouvernement en appelle à la diaspora pour booster le marché national des devises. En outre, l'Afrique du Sud et le Nigeria représentent deux importants marchés auxquels la fintech kényane entend incessamment s'intéresser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :