Internet Society : « L'Afrique a besoin d'une infrastructure Internet sécurisée et fiable »

 |   |  432  mots
Le nombre de smartphones actifs sur le Continent est estimé en 2017 à pas moins de 350 millions d'unités.
Le nombre de smartphones actifs sur le Continent est estimé en 2017 à pas moins de 350 millions d'unités. (Crédits : Reuters)
Internet Society (ISOC) vient de publier ce jeudi un nouveau rapport sur l'utilisation d'Internet par les entreprises et les gouvernements en Afrique. Si les résultats sont encourageants, de nombreux obstacles empêchent encore la création d’une économie d'Internet florissante sur le Continent.

Loin d'un constat d'échec, l'Internet Society salue,dans son nouveau rapport, les résultats d'un modèle en marche en Afrique. Publiée ce jeudi à Addis-Abeba,la capitale d'Éthiopie, l'enquête menée dans de nombreux pays africains, par l'organisation dédiée à l'utilisation d'Internet, révèle «des progrès significatifs» dans la création d'un secteur d'activité de l'Internet.

Des résultats encourageants

Dans son rapport, l'Internet Society indique que de vastes réformes axées sur l'augmentation du réseau à haut débit ont permis le développement de plateformes en ligne, favorisant ainsi la croissance des entreprises locales dans certains pays africains. Pour preuve, l'organisation donne l'exemple du Kenya où l'économie de l'Internet représente déjà 3,6% du PIB du pays et dans les autres pays en développement, 1,3% du PIB provient de l'économie d'Internet.

Pour corroborer leurs résultats, les rédacteurs du rapport convoquent les perspectives prometteuses de McKinsey Global Institute qui prédit qu'en plus des contributions au PIB, Internet va générer des gains de productivité à travers l'Afrique.

«Ces gains de productivité dans six secteurs d'activité clés -les services financiers, l'éducation, la santé, la vente au détail, l'agriculture et les administrations publiques- devraient être évalués entre 148 milliards et 318 milliards d'ici à 2025», a prédit le think tank.

Des défis à relever

Cependant, derrière cette croissance, se cachent de nombreuses lacunes qui empêchent aux pays du Continent de profiter pleinement de l'opportunité numérique offerte par Internet, souligne le rapport. «L'économie d'Internet présente une opportunité majeure pour l'Afrique. Cependant, l'Afrique a besoin d'une infrastructure Internet sécurisée et fiable, à laquelle les utilisateurs font confiance, pour que les grandes et petites entreprises, les gouvernements et les autres services sociaux soient présents en ligne», explique Dawit Bekele, directeur du Bureau Région Afrique de l'Internet Society.

Parmi les défis auxquels doivent s'attaquer les décideurs politiques africains, notamment, il y a «le nombre croissant de coupures d'Internet dans la région», indique le rapport en précisant que rien qu'en 2016, il y a eu au moins 56 coupures d'Internet dans le monde.

«En plus des coûts économiques, les coupures d'Internet affectent également la confiance. Si les gens ne sont pas sûr de compter sur leur connexion, ils perdent leur confiance en la création d'entreprises basées sur Internet. Cela touchera les entrepreneurs qui ont le plus besoin de l'innovation numérique pour leur propre avenir, ainsi que pour l'avenir de l'économie d'Internet en Afrique», a fait remarquer Dawit Bekele.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :