Sean Kidney : « la finance climatique relève du bon sens »

 |   |  316  mots
Pour ce passionné « so british », le passage vers la nouvelle économie, l'économie verte, relève tout simplement du bon sens, et seules les résistances générées par les intérêts archaïques freinent encore cet élan. « Il n'est plus question de marcher, il faut courir ! », s'alarme Sean Kidney, CEO de la Climate Bonds Initiative.

Le gotha de la finance mondiale qui s'est réuni vendredi 4 novembre à Casablanca à l'occasion de la seconde édition du Climate Finance Day, tenue en prélude à la Cop 22 marocaine, tire la sonnette d'alarme. Il est urgent pour la finance mondiale de négocier un virage serré, et de passer d'une "finance grise", destructrice de valeur à une finance orientée climat.

Une finance verte ?  C'est une réalité. Une finance philanthrope ? C'est un mythe, et ça le restera ! Le gotha de la finance mondiale, réuni le 4 novembre à Casablanca à l'occasion de la seconde édition du Climate Finance Day, a bien la tête sur les épaules et confirme cette affirmation, aussi évidente que difficile à assimiler pour une certaine frange d'utopistes. Pourtant, lors de cet événement organisé par Casa Finance City (CFC) et labellisé COP 22, le consensus sur l'urgence d'une finance « orientée climat » ne laissait pas de doute sur l'imminence de la menace.

Quand J.P Morgan interpelle les gouvernements

Dès lors, tout l'enjeu est de trouver les mécanismes pour faire de la finance verte, une finance rentable. La loi du capitalisme est implacable, et l'histoire a démontré que la résistance à cette logique est vaine. « Les investisseurs comparent des titres liquides, peu leurs importe la nature. Au final, c'est les caractéristiques intrinsèques des valeurs qui comptent », tranche Marilyn Ceci, Managing Director, Head of Green Bonds chez la fameuse banque d'affaires J.P. Morgan.Le gotha de la finance mondiale qui s'est réuni vendredi 4 novembre à Casablanca à l'occasion de la seconde édition du Climate Finance Day, tenue en prélude à la Cop 22 marocaine, tire la sonnette d'alarme. Il est urgent pour la finance mondiale de négocier un virage serré, et de passer d'une "finance grise", destructrice de valeur à une finance orientée climat... Lire la suite de l'article

Lire aussi : Cop 22 : Trump président, coup de 'froid' sur le climat

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :