Prix de l’innovation : une Ougandaise, un Egyptien et un Libérien sur le podium africain

 |   |  538  mots
Les trois gagnants lors de la remise symbolique de leurs prix
Les trois gagnants lors de la remise symbolique de leurs prix (Crédits : AIF)
L’Afrique n’est pas uniquement consommatrice de technologies, elle en est aussi productrice. Sur le continent, nombreux sont les innovateurs africains qui rivalisent de talents et d’ingéniosité. Aux problèmes locaux, ils proposent des solutions locales. En témoignent trois innovateurs exceptionnels qui se sont fait distinguer lors de la 6e édition du Prix de l'innovation pour l'Afrique, organisée au Ghana le 19 juillet par l'African Innovation Foundation.

Il s'agit de l'Egyptien Aly El-Shafei qui a remporté le grand Prix de l'innovation pour l'Afrique (PIA), l'Ougandaise Philippa Ngaju Makobore, second prix et Dougbeh-Chris Nyan du Libéria qui s'est vu décerné le prix spécial pour l'Impact social. Il faut dire que le processus de délibération a été très «ardu en raison de la qualité remarquable des dix dernières innovations» sélectionnées parmi 25 000 candidatures, a reconnu Barthélémy Nyasse, président du jury du PIA 2017.

 «Chacune de ces innovations était à sa manière gagnante, car elles représentaient toutes des solutions locales à des problèmes locaux. Cela s'est joué sur le fil, mais nous croyons que nous avons récompensé les innovations les plus convaincantes de cette année», explique Barthélémy Nyasse.

Parmi les problèmes qui ont inspiré les innovateurs, les nombreux obstacles liés à l'augmentation de la capacité de production d'électricité en Afrique et le coût élevé de la production. Ce problème est désormais résolu grâce au dispositif électromagnétique intelligent intégré au palier d'essieu ou SEMAJIB, mis en place par l'Egyptien El-Shafei. Le SEMAJIB est «une solution de classe mondiale qui supporte les turbines génératrices d'énergie et peut être utilisée pour améliorer l'efficacité et réduire les coûts de production d'énergie en Afrique ». Une aubaine pour les gouvernants qui n'auront plus besoin de subventionner la consommation de l'électricité puisqu'avec ce système, le prix au kWh va considérablement baisser.

La santé au coeur des innovation africaines

Autre problème africain résolu par un innovateur africain, la mauvaise qualité de la santé dans de nombreuses régions du Continent. Les solutions médicales «inadéquates pour administrer efficacement des médicaments ou pour diagnostiquer des maladies» ont inspiré le Libérien Dougbeh-Chris Nyan qui a mis en place une perfusion à commande électronique. L'appareil permet de diagnostiquer rapidement différentes infections «qui présentent des symptômes similaires comme dans le cas d'un patient qui souffre de fièvre jaune, de paludisme ou d'Ebola», indique un communiqué de la fondation IAF.

Le dispositif mis en place par Dougbeh-Chris Nyan «fournit des résultats de test dans un délai de 10 minutes à 40 minutes, alors que la plupart des méthodes de test requièrent entre trois et sept jours».

A cette solution «ingénieuse» visant à améliorer la qualité des soins de santé, il faut ajouter la perfusion à commande électronique de l'Ougandaise Philippa Ngaju Makobore, gagnante du second prix. Le dispositif a été conçu pour administrer «avec précision» des fluides intraveineux et des médicaments, «en contrôlant le taux d'écoulement sur la base des indications fournies par un capteur de chute». La pertinence de cette innovation s'explique par le fait que  plus de 10% des enfants admis dans les hôpitaux d'Afrique de l'Est ont un besoin immédiat de traitements par perfusion.

Les trois innovateurs ont remporté le montant total de 150 000 dollars. La fondation AIF a également promis de soutenir les gagnants à développer leurs innovations. L'année dernière, l'AIF a appuyé financièrement les lauréats avec une enveloppe totale d'un million de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :