La Tribune Afrique, une année rythmée par le « temps du continent »

 |   |  621  mots
Abdelmalek Alaoui, CEO de La Tribune Afrique
Abdelmalek Alaoui, CEO de La Tribune Afrique (Crédits : LTA)
Il y a un an, jour pour jour, nous lancions La Tribune Afrique, le dernier né dans le paysage des médias économiques panafricains avec comme objectif un pari ambitieux, voire un peu fou. En effet, vouloir installer un nouveau titre – sur le digital et en version papier- qui s’adresse à la fois aux « anciennes » élites et aux nouvelles forces vives de l’Afrique à partir d’une rédaction basée sur le continent, relevait sinon presque de la gageure, voire de l’inconscience. A l’heure du bilan et de l’entrée dans notre seconde année, si une partie du défi a été relevée, nous souhaitons désormais aller plus loin.

Un rapide coup d'œil sur l'audience de la Tribune Afrique conforte la vision qui a présidé à sa création : l'audience des médias s'est fortement digitalisée, et son centre de gravité se trouve à la fois dans les réseaux sociaux et sur les terminaux mobiles. Gage de cette centralité, c'est sur Facebook notamment que La Tribune Afrique  a réussi à coaliser une communauté très importante, dépassant à l'heure où s'écrivent ces lignes les 864 000 fans, et faisant du réseau social l'un des premiers contributeurs de notre audience qui a dépassé les 11 millions de pages vues en une année et près de 3 millions de lecteurs uniques.

Le succès d'audience de La Tribune Afrique, certes important, ne raconte que la moitié de l'histoire.

En un an, La Tribune Afrique a installé son empreinte dans le paysage média panafricain, en devenant un média économique de plus en plus sollicité par les leaders d'opinion, lesquels n'hésitent pas à utiliser cet espace d'expression pour publier leurs tribunes ou livrer des interviews exclusives à l'instar du Président Tchadien Idriss Déby , du Président de la Banque Africaine de Développement Akinwumi Adesina  , ou de la première dame ivoirienne Dominique Ouattara , qui ont mêlé leurs voix à celles de nos éditorialistes réguliers. Ces derniers couvrent l'ensemble du spectre, allant de la nouvelle génération de start-uppers aux plumes très établies d'anciens premiers ministres.  De même, et c'est là une fierté pour la rédaction, de plus en plus d'entreprises, d'ONG, et de personnalités n'hésitent pas à nous contacter pour exprimer leur désaccord avec certains de nos articles exclusifs, ce qui signifie que notre rédaction panafricaine remplit son rôle de mise en lumière de sujets nécessitant une mise en lumière ou un décodage pour l'opinion...

Ces encouragements nous ont poussé à accélérer notre réflexion au cours du trimestre qui vient de s'écouler afin de définir avec encore plus de conviction et de précision la vision de notre développement et l'offre média que nous souhaitons mettre à la disposition des communautés. La préparation de notre grande conférence annuelle, Africa Convergence, qui s'est déroulée il y a deux semaines à Casablanca et a qui connu un véritable succès, nous a ainsi permis de mieux nous définir et de mieux nous connaître.

En effet, nous avons acquis la conviction, renforcée par les retours des participants à Africa Convergence, qu'il existe une place à prendre en matière de production d'idées originales contribuant à l'émergence de l'Afrique, et que la production de connaissance à forte valeur ajoutée, dont La Tribune Afrique se veut un promoteur actif, constitue la pierre angulaire du développement du continent.

Une montée en puissance dans les semaines et mois à venir

C'est pourquoi, au cours des semaines et des mois à venir, nous allons ouvrir encore plus nos colonnes aux manufacturiers de la pensée économique, industrielle et sociale africaine, afin de donner à réfléchir à cette audience exigeante qu'est celle de La Tribune Afrique. En parallèle, nous continuerons à organiser des évènements différents, où se croiseront dans une conversation inédite capitaines d'industrie, designers, sportifs, chefs d'orchestres, spécialistes de l'éducation, acteurs de la spiritualité et influençeurs, avec notamment un nouveau rendez-vous dès février en Afrique de l'Ouest. Notre objectif ? Organiser et faciliter le dialogue entre des communautés qui s'observent souvent sans toutefois se parler, afin de contribuer à un développement d'une pensée parfois iconoclaste, mais toujours authentique. Tel est, selon nous, le temps du continent dans la marche du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2017 à 12:58 :
Je suis très heureux de vous avoir connu pratiquement tous les jours je consulte votre site. La neutralité et surtout le professionnalisme demeure. Plein succès.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :