Gambie : Adama Barrow renvoie l’ascenseur à Ousseynou Darboe, opposant historique de Jammeh

 |   |  508  mots
(Crédits : Reuters)
Le Parlement gambien a adopté ce mercredi 26 juillet la modification constitutionnelle faisant supprimer la limite d’âge pour les candidats à la présidence. La mesure va particulièrement bénéficier à l’actuel chef de la diplomatie gambienne Ousseinou Darboe, président du parti du chef d’Etat Adama Barrow et opposant historique de l’ancien président Yahya Jammeh.

C'est une mesure législative taillée sur mesure ! Les députés gambiens ont adopté mercredi dernier, une modification constitutionnelle qui supprime désormais la limite d'âge pour les candidats à la présidence. Ils accèdent ainsi à une promesse de campagne électorale faite par le président Adama Barrow, lequel avait promis de toiletter la constitution gambienne des dispositions qu'avaient fait adopter l'ancien président Yahaya Jammeh, pour écarter ses principaux rivaux.

La limite d'âge pour les candidats à la State House était jusque-là fixée à 65 ans, une mesure qu'avait fait adopter l'ancien maître de Banjul et qui visait personnellement le leader charismatique de l'opposition gambienne Ousseynou Darboe.

L'actuel chef de la diplomatie gambienne, 69 ans aujourd'hui et trois fois candidats à la présidentielle face à Jammeh se voit donc baliser le chemin pour la présidence gambienne. Le chef de l'Etat Adama Barrow remplit ainsi sa part du deal dont une partie de la presse locale le soupçonnait d'avoir conclut avec Ousseynou Darboe en reconnaissance de son soutien lors des élections du 2 décembre dernier.

Président du Parti démocratique unifié (UDP), au sein duquel milite depuis 1996 le président gambien Adama Barrow, l'avocat Ousseynou Darboe avait d'ailleurs annoncé sa candidature aux dernières élections présidentielles. Il avait été finalement arrêté en juillet 2016 c'est-à-dire à quelques mois du scrutin  avant d'être condamné par la suite à trois ans de prison pour « participation à une manifestation non autorisée ».

La coalition des partis politiques de l'opposition menée par l'UDP a donc du se rabattre à un candidat de rechange et le choix s'est porté sur l'inconnu Adama Barrow, qui n'était alors que le trésorier du parti d'Ousseynou Darboe.

L'une des premières décisions du tombeur de Jammeh après son accession à la magistrature suprême était d'ailleurs de libérer Darboe avant d'en faire son ministre des Affaires étrangères.

En attendant la nouvelle constitution

L'adoption de cette modification constitutionnelle est intervenue alors que le pouvoir de Banjul a engagé un processus d'adoption d'une nouvelle constitution pour un passage à une nouvelle République, la 3e qui va définitivement permettre de tourner la page de Jammeh.

Les députés gambiens étaient en session parlementaire depuis une semaine et à l'occasion des débuts des travaux, le président Adama Barrow a réitéré son engagement à doter la Gambie d'une nouvelle loi fondamentale. La suppression de la limitation d'âge pour les candidats à la présidence a également été accompagnée par celle qui fait désormais passer l'âge de la retraite des juges de la Cour suprême de 65 à 75 ans.

Des retouches avant la grande réforme et qui vont se poursuivre puisque le président Barrow attend également une pareille mesure pour la vice-présidence, ce qui lui permettra enfin de lever la suspension de la nomination de Fatoumata Jallow Tambadjang, 68 ans, à ce poste qui lui a été confié mais dont elle ne peut en assumer les charges en raison du dépassement de la limite d'âge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :