Nigéria : une ancienne ministre et des hommes d'affaires dans le collimateur de la justice américaine

 |   |  397  mots
C'est dans ce complexe au nord de Londres que l'ancienne ministre Diezani Alison-Madueke possédait un bien immobilier et où elle avait été arrêtée, en octobre 2015, en même temps que quatre autres personnes dans le cadre d'une enquête britannique sur des soupçons de corruption et de blanchiment d'argent.
C'est dans ce complexe au nord de Londres que l'ancienne ministre Diezani Alison-Madueke possédait un bien immobilier et où elle avait été arrêtée, en octobre 2015, en même temps que quatre autres personnes dans le cadre d'une enquête britannique sur des soupçons de corruption et de blanchiment d'argent. (Crédits : Reuters)
Les autorités judiciaires américaines viennent de lancer une procédure de saisie de quelque 144 millions de dollars en actifs qui auraient été acquis de manière frauduleuse par des hommes d'affaires nigérians. Egalement dans le viseur des autorités fédérales américaines, l'ex-ministre du Pétrole et première femme à la tête de l'OPEP, Diezani Alison-Madueke.

Le département américain de la Justice vient d'ouvrir une procédure visant à récupérer 144 millions de dollars en actifs, dont des propriétés dans le condominium de luxe situé dans la célèbre «Billionaires Row» de Manhattan. Les actifs traqués auraient été acquis à la suite de gages de pots-de-vin versés pour des contrats pétroliers au Nigéria.

Marquer les esprits

La procédure judiciaire lancée ce 14 juillet à Houston vise notamment deux hommes d'affaires nigérians qui auraient versé des paiements illicites à un haut responsable de la compagnie pétrolière publique nigériane, en échange de contrats. Selon les autorités américaines, l'argent issu de ces malversations aurait été blanchi par la suite aux Etats-Unis.

La justice américaine accuse ainsi Akanni Aluko et Olajide Omokore d'avoir utilisé les bénéfices issus de supposées malversations pour acquérir des biens immobiliers. Aluko aurait par ailleurs acquis un yacht, le Galactica Star, estimé à 80 millions de dollars et une propriété dans le condominium Manhattan's One57, valorisé à 50 millions de dollars.

Pour les autorités américaines, cette action, qui intervient quelques jours après l'annonce de la vente aux enchères du penthouse d'Aluko situé à Manhattan, est «une preuve supplémentaire pour les responsables étrangers et les dirigeants d'entreprises corrompus, que si les fonds illicites sont à la portée des Etats-Unis, nous chercheront à les intercepter et les renvoyer aux victimes».

La plus importante saisie immobilière à Manhattan

La vente aux enchères par forclusion du bien immobilier -qui appartenait jusqu'alors à Aluko- a été imposée par la banque Havilland (basée au Luxembourg), en tant que prêteur hypothécaire, puisque l'homme d'affaires était incapable de lui rembourser quelque 35,3 millions de dollars. La vente aux enchères est prévue ce 19 juillet et représente la plus importante saisie immobilière de l'histoire de Manhattan.

Pour rappel, la procédure judiciaire vise des pots-de-vin qui auraient été versés entre 2011 et 2015 à Diezani Alison-Madueke, alors ministre nigérianne du Pétrole et connue pour être la première femme à avoir occupé le poste de présidence de l'OPEP (2014-2015). Aluko et Omokore sont ainsi accusés d'avoir financé les dépenses de l'ex-ministre, en lui permettant notamment d'acquérir des biens immobiliers à Londres ou encore l'achat de meubles et d'œuvres d'arts pour plus d'un million de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :