Maroc  : Nizar Baraka élu à la tête du Parti de l'Istiqlal

 |   |  399  mots
(Crédits : AIC PRESS)
L'ancien ministre Nizar Baraka, petit-fils du leader nationaliste marocain Allal El Fassi, a été élu ce 7 octobre secrétaire général du parti historique de l'Istiqlal. Baraka a obtenu 924 voix, contre 230 pour le secrétaire général sortant et ancien maire de la ville de Fès, Abdelhamid Chabat.

Le président du Conseil économique, social et environnemental et ancien ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka, a été élu ce samedi 7 octobre à Rabat, nouveau secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, à l'issue du vote qui s'est déroulé lors de la première session du Conseil national du parti. Baraka a obtenu 924 voix, contre 230 pour le secrétaire général sortant, Abdelhamid Chabat et 78 bulletins nuls.

Le président du 17e congrès général du parti, Nourdine Mediane, a indiqué, lors de la proclamation des résultats, que les voix exprimées ont atteint 1 232 suffrages, sur 1283 membres du Conseil national, soit un taux de participation de 96,24%.

Pour sa part, le nouveau secrétaire général du parti historique marocain a salué les efforts déployés par tous les Istiqlaliens pour réunir les conditions de réussite de «cette étape historique» qui contribuera au renforcement de la démocratie au sein du parti, affirmant sa détermination à œuvrer pour développer l'action de sa formation au service du pays et des citoyens.

Gagner le fils, mais pas le petit-fils...

Nizar Baraka, petit-fils de Allal El Fassi, figure emblématique et chef historique du parti, et marié à Radia El Fassi, la fille de l'ancien Premier ministre marocain Abbas El Fassi, a par ailleurs exprimé sa volonté de mettre en œuvre son projet dont les grandes lignes ont été présentées la veille du congrès, qui intervient, selon lui, en réponse à l'appel du devoir et en harmonie avec «la volonté commune des militants istiqlaliens pour donner une nouvelle impulsion au parti».

Baraka a également indiqué que son projet vise à adopter une gouvernance efficiente et dynamique, ainsi que les bonnes pratiques dans la gestion, à travers l'élaboration d'un cadre de contractualisation avec les instances du parti, les organisations parallèles et les alliances professionnelles et d'une stratégie pour moderniser la communication interne, une stratégie participative et intégrée visant à présenter des services concrets et durables aux citoyens.

Pour rappel, le Parti de l'Istiqlal vivait au rythme de guerres intestines, depuis l'arrivée à la tête du parti de Abdelhamid Chabat. Il avait remporté le siège de secrétaire général, le 23 septembre 2012, en recueillant 478 suffrages contre 458 à son rival Abdelouahed El Fassi, le fils de l'idéologue et leader historique du Parti de l'Istiqlal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :