Rwanda : l'opposante Diane Rwigara arrêtée en compagnie de sa mère et de sa sœur

 |   |  369  mots
Diane Shima Rwigara, lors de son arrestation par la police, le 4 septembre 2017 à Kigali, la capitale du Rwanda.
Diane Shima Rwigara, lors de son arrestation par la police, le 4 septembre 2017 à Kigali, la capitale du Rwanda. (Crédits : Reuters)
Entre fausses arrestations et rumeurs de disparitions, Diane Rwigara s’était résolue à accorder des interviews aux médias étrangers. La présence médiatique, c’est tout ce qui restait à cette opposante à Paul Kagamé qui a été officiellement arrêtée pour «atteinte à la sûreté de l’Etat». Dans le lot lors de son arrestation, sa mère et sa sœur.

Au plus fort des rumeurs sur sa «disparition», Diane Rwigara dénonçait, dans une interview accordée à nos confrères de France 24, un acharnement de la police rwandaise qui la convoquait presque quotidiennement. Paye-t-elle la rançon de cette sortie médiatique ?

En tout cas, l'ex-candidate à la présidentielle de 2017 est détenue, depuis samedi, dans les locaux de la police sous les accusations d'«atteintes à la sûreté de l'Etat», selon une annonce de Theos Badege, le porte-parole de la police. La jeune femme d'affaires, fille de feu Anisapol Rwigara (un ancien bras financier du FPR, le parti au pouvoir), a été arrêtée en compagnie de sa mère et de sa sœur Anne.

Toutes les trois ont été écrouées pour leur refus de coopérer avec la justice, alors qu'elles sont accusées d'avoir divulgué publiquement des informations confidentielles. C'est un nouvel épisode de l'épopée judiciaire de la famille Rwigara qui dénonce un «acharnement» de l'appareil d'Etat depuis que Diane a révélé ses ambitions présidentielles.

Une cascade d'accusations

A 35 ans, la candidature de cette femme d'affaires n'avait finalement pas été validée après la publication de photos d'elle nue. La porte pour se présenter contre Paul Kagamé lui avait été alors fermée et les ennuis judiciaires ont commencé.

En août dernier, le domicile de Diane Rwigara a été perquisitionné. Tout de suite après, des rumeurs faisaient même état de la disparition de l'opposante et de certains membres de sa famille. Mais les déboires judiciaires de la famille sont loin d'être terminés.

La sœur et la mère de Diane sont poursuivies pour «fraude fiscale», tandis que l'opposante est sous le coup d'une accusation pour «faux et usage de faux». Elle aurait présenté de fausses signatures pour pouvoir faire passer sa candidature à la présidentielle du 4 août dernier.

Il faut désormais ajouter à cette liste de chefs d'accusation, l'«atteinte à la sûreté» qui pourrait compliquer l'équation judiciaire de la famille. Cette dernière pourrait théoriquement être retenue en garde à vue pour les cinq prochains jours avant le déclenchement de poursuites judiciaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2017 à 23:57 :
Voila pourquoi l'Afrique n'avance pas quand on prend n'importe qui et le ou la considere comme opposant (e). Elle a sa place d'opposante au marche et la vente au enchere, pas dans la politique de notre nouveau Rwanda. Au Rwanda, nous avons des lois et doivent etre respectee.
Il est vai qu'on peut rever, cela arrive a bcp des gens sur cette terre, mais au Rwanda ON VIT LA REALITE ET PAS DE REVES.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :