Sommet Israël-Afrique  : des voix s'élèvent pour dénoncer la normalisation avec l'Etat hébreu

 |   |  492  mots
Le président togolais Faure Gnassingbe et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, lors d'une rencontre, le 10 août dernier dans l'Etat hébreu.
Le président togolais Faure Gnassingbe et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, lors d'une rencontre, le 10 août dernier dans l'Etat hébreu. (Crédits : DR.)
Alors que Lomé est en pleins préparatifs du prochain sommet Israël-Afrique, plusieurs voix s'élèvent dans les pays musulmans et notamment d'Afrique, pour dénoncer cet événement, avec la forte promesse de le boycotter.

Le prochain sommet Israël-Afrique se tiendra du 24 au 26 octobre prochain dans la capitale togolaise, Lomé. Si ce rendez-vous a son importance pour l'Etat hébreu, il ne serait pas vu du même œil par les pays musulmans d'Afrique et leurs partenaires du Golfe. La contestation est allée si loin que l'Arabie Saoudite a exigé «des explications» du Togo.

A en croire La Lettre du Continent de ce mercredi 12 juillet, le chargé d'Affaires du Togo à Ryad a été convoqué par le ministre saoudien des Affaires étrangères pour une «demande d'explications». L'Etat saoudien n'apprécie pas le retour d'Israël en Afrique et craint qu'il n'impacte la position des pays africains qui votent souvent contre l'Etat juif au sein des institutions internationales.

De son côté, Lomé persiste et signe : les préparatifs vont bon train, avec des allers-retours diplomatiques à travers les capitales africaines et des séances de travail marathoniennes. Mais difficile de dire que le Togo n'est pas au courant de la situation.

Tensions diplomatiques

Les relations entre la plupart des pays musulmans d'Afrique et Israël n'ont jamais été normalisées depuis la Guerre de Kippour en 1973. Jusqu'à aujourd'hui, 12 pays africains ne reconnaissent pas Israël et ne seraient pas près de le faire. D'après  La Lettre du Continent, les dirigeants de certains pays comme le Gabon, le Mali, la Mauritanie et le Niger ne devraient pas être présents au sommet. La même source précise d'ailleurs que plusieurs pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) se seraient plaints auprès de l'Union africaine (UA). Ils souhaiteraient des représailles envers le Togo et voudraient voir une annulation pure et simple du sommet. Au dernier sommet de la CEDEAO, le Togo a pu constater de près la tension palpable entre Tel-Aviv et ces pays. De plus, et alors que le Sénégal avait signé pour une résolution contre Israël, le Maroc lui avait tout simplement décliné son invitation à Monrovia à cause de la présence de responsables israéliens au sommet de la CEDEAO.

Des relations qui ne datent pas d'hier

Si le Togo persiste dans sa décision d'organiser le sommet, c'est parce qu'il entretient avec Israël de bonnes relations, depuis l'époque de Eyadema Gnassingbé, le prédécesseur de l'actuel président Faure Gnassingbé. Avec de gros achats portant sur du matériel de sécurité à hauteur de 191 millions de dollars, le Togo est le second partenaire commercial de l'Etat hébreu sur le Continent,  après l'Afrique du Sud.

Toutefois, l'organisation du prochain sommet ne trouve pas unanimité au sein de l'opinion togolaise ou parmi l'élite politique du pays : «C'est imprudent, car on se positionne dans un conflit qui n'est pas le nôtre, sans intérêt stratégique plus profond qu'une simple question de visibilité. Le Togo risque de devenir une cible», dénonce un ancien ministre togolais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2017 à 11:46 :
Quelle est l'histoire de l'Afrique? est-elle noire ? est-elle arabe? chrétienne? musulmane?
Allez lire Cheikh Anta Diop.....
Un état n'a pas de sentiments mais des intérêts à défendre.
L'Afrique peut commercer avec les USA, la France, l'Arabie saoudite, l'Iran, la Turquie.
Pourquoi pas Israel? Au nom de quelles raisons ?
Il faut savoir séparer les choses. Ce n'est pas par ce qu'on a des relations avec un pays qu'on ne peut pas user de diplomatie pour discuter sur une question particulière.
La question fondamentale est est-ce que les termes de cette relation servent les intérêts des populations africaines?
Le reste est sans poids et ne peut en aucun cas servir de critère pour analyser ce sommet.
a écrit le 16/07/2017 à 12:43 :
Les dirigeants actuels africains ignorent les principes qui avaient amene leurs predecesseurs a soutenir fermement la cause arable et particulierement celle palestinienne lors de leur rupture diplomatique avec l'Etat hebreu depuis les annees 1970.
Ceux qui gouvernent l'Afrique de nos jours sont plus enclins a l'espece sonnante qu'a des principes. Mais c'est vite oublier les milliards de dollard US que les arabes on deverse sur le continent
Cette reunion, non seulement constitue un reniement, mais risque de nous couter les financements arabes, mais aussi de nous exposer dans un conflit ou nous ne sommes pas partie prenante.
C'est dommage que nous africains, ne voyont pas plus loin que le bout de notre nez.
Ce sont les generations futures qui paieront cette forfaiture de nos dirigeants actuels sans vision lointaine. Et c'est bien dommage
a écrit le 15/07/2017 à 18:44 :
Dis moi larbi:tu balances des vérités qui appartiennent à un long et patient décervelage Inutile de te la raconter tel un intello
Je subodore que tes référencements sont un amalgame de reflexions iconoclastes glanées ca et là... Hein?? No comprendo??
C'est bien ce qui me semblait!
a écrit le 15/07/2017 à 0:29 :
L'état sioniste est infréquentable parce qu'il est théocratique (apartheid religieux) et colonial car il occupe par la force des territoires qui ne lui appartiennent pas et en violation de milles et résolutions de l'Onu, et du conseil de sécurité....
Voilà la réalité de cet état sioniste ....!!!
Réponse de le 15/07/2017 à 7:50 :
c est surtout le seul pays démocratique de la région
et de bon agrculteurs
Réponse de le 15/07/2017 à 9:24 :
au niveau apartheid religieux , comment appelez les vous les pays arabes dans lesquels on n'a pas le droit de pratiquer une autre religion que l'islam ?
Car en Israel , il n'y a pas d'apartheid religieux contrairement ce que vous affirmez ... chacun peu pratiquer sa religion ..

Ensuite je vous rejoins sur l'occupation illegale des territoires en dehors des frontieres definies d'Israel ...
Réponse de le 15/07/2017 à 13:15 :
Ridicule..depuis que existe le monde qui gagne une guerre automatiquement gagne des territoire..voir Alsace e lorraine. En Italie a perdu corfus ..rodes .l istria.et dalmatie ..donc mon idiot pourqua ca vaux pas par les arabes.....hoooo compris vous êtes supérieur à ca
a écrit le 14/07/2017 à 22:34 :
Qu'est ce que l'Afrique noire à avoir dans cette rivalité entre les descendants d'Isaac et d'Ismaël ? Rien ! Nous africains noirs, sommes neutres dans ces histoires donc dirigeants d'Afrique noire, prière de coopérer avec n'importe quel pays du monde pourvu que nos intérêts (pays d'Afrique noire et peuple noir africains) soient respectés !
a écrit le 14/07/2017 à 22:27 :
Dirigeants d'Afrique, servez l'intérêt de l'Afrique et de son peuple (africains) au lieu de faire des arrangements au nom de la religion ! Toutes nos religions nous ont été imposées au fil du temps. L'Islam par les arabes, le christianisme par les européens, ...L'africain noir doit rester neutre dans ces jeux dogmatiques
Réponse de le 15/07/2017 à 17:09 :
Mais nous sommes les seuls a n avoir jamais impose notre religion,
dans les annees 60, la cooperation etait la surtout dans l agriculture et puis, les arabes vous ont laisse de cote.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :