Remaniement ministériel en Tunisie suite au limogeage des ministres des finances et de l'éducation

 |   |  262  mots
Youssef Chahed, premier ministre tunisien
Youssef Chahed, premier ministre tunisien (Crédits : Reuters)
Après plusieurs journée de tensions au sein de l'exécutif tunisien, le couperet est finalement tombé pour les ministres des finances et de l'éducation, tous deux mis sous pression. C'est le troisième remaniement ministériel en Tunisie en moins de 6 mois.

Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed a finalement décidé un remaniement ministériel partiel au niveau des ministères de l'Education et des Finances, a annoncé dimanche le gouvernement tunisien.

En effet, le ministre de l'Éducation Neji Jalloul a été remercié pour être remplacé par Slim Khalbous, qui était ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et qui rassurera l'intérim. Jalloul s'était mis à dos une bonne partie du corps enseignant tunisien, et avait introduit une réforme du calendrier scolaire vivement critiquée.

Fadhel Abdelkafi, qui était ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale, sera le nouveau ministre des Finances, et sera donc à la tête d'un portefeuille élargi. Il succède à Lamia Zribi, qui a été accusée d'avoir fragilisé le dinar tunisien suite à une interview. la monnaie nationale tunisienne a connu une forte dépréciation ces derniers jours.

Le gouvernement de Youssef Chahed est en fonction depuis le 27 août dernier. Avant le remaniement d'avril 2017, le chef du gouvernement tunisien avait procédé à deux reprises à un remaniement au sein de son cabinet.

Le ministre des Affaires religieuses Abdeljalil Ben Salem a été limogé le 4 novembre 2016, faute de respect des fondamentaux et principes de la diplomatie tunisienne, ont rappelé des observateurs locaux.

Quant au second remaniement, il date du 25 février de cette année où Youssef Chahed a décidé de mettre fin aux fonctions de deux ministres en l'occurrence les ministres de la Fonction publique et des Affaires religieuses en plus d'un secrétaire d'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :