Zimbabwe : un anniversaire à 2,5 millions de dollars pour les 93 ans de Mugabe ?

 |   |  622  mots
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors de la célébration de ses 87 ans en février 2011.
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors de la célébration de ses 87 ans en février 2011. (Crédits : Reuters)
C’est certainement le sujet qui échauffe les esprits au Zimbabwe en ce moment. Alors que le pays traverse une crise économique, financière et monétaire sans précédent, le parti au pouvoir tient à célébrer les 93 ans de son leader qui n’est autre que le président Robert Mugabe. La facture pourrait s’élever jusqu’à 2,5 millions de dollars.

C'est un anniversaire pour le moins pompeux que semble préparer l'Union nationale africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), parti au pouvoir, en l'honneur de son leader, le président Robert Mugabe. Le 21 février prochain, le premier citoyen du Zimbabwe soufflera en effet sur sa 93ème bougie et le budget réservé aux festivités pourrait atteindre jusqu'à 2,5 millions de dollars, soit 33,6 millions de rands ou plus de 1,5 milliard de Fcfa, selon les dernières estimations de la presse locale.

Des estimations qui pourraient se justifier ? En tout cas, à en croire les partisans du Zanu-PF, l'événement devrait être grandiose. Il devrait, à priori, avoir lieu au Rhodes Estate Preparatory School (Reps) à Matobo (au sud du pays) et accueillir plus de 100 000 invités. La semaine dernière, un député aurait indiqué, selon The Herald, que 150 vaches seraient mobilisées pour l'événement, celles-ci devant être pourvues par les agriculteurs en guise de dons.

« Nous demandons aux sympathisants de le faire volontairement pour qu'ils ne disent pas demain qu'ils y ont été forcés. Tous les agriculteurs A2 qui ont reçu des lettres d'offre doivent faire don d'une bête chacun pour cet événement. Pour ceux qui ne le feront pas, nous allons considérer qu'ils n'apprécient pas ce que le président a fait pour eux », a déclaré Never Khanye, député de Matobo-Nord.

Le ''president birthday'', une polémique traditionnelle?

La polémique actuelle n'est pas une exception. En 2016 déjà, l'anniversaire du locataire de la State House d'Harare avait suscité un tollé. Pour un coût de près de 1 million de dollars, Robert Mugabe avait eu droit à une célébration privée dans les locaux de la présidence sous la main de maitre de son épouse.

mugabe

mugabe

Une semaine plus tard, ses partisans le déplacent à Masvingo (une ville du sud-est), pour lui offrir un gâteau géant aux formes du continent africain, devant un parterre d'invités. Les critiques fusent alors de toute part, car non seulement le pays est frappé de plein fouet par une crise économique et financière, mais les habitants de la fameuse Masvingo connaissent la famine en raison de la sécheresse.

Pareil en 2008. Alors que le pays connait une inflation explosive de l'ordre de 231 millions % par an, les festivités marquant les 84 ans du président de la République mobilisent de grosses sommes d'argent.

Le contexte de crise, motif du mécontentement

Année après année, la situation économique, financière et monétaire du pays s'enfonce. En janvier, le gouvernement a dû vendre 35 éléphants à la Chine pour renflouer son budget, entre autres tentatives de repêchage. Mais jusque-là, il ne s'en sort pas. Il y a près de deux semaines, Harare a décidé d'offrir aux fonctionnaires, plutôt que du cash, des terres et autres dons en nature en guise de primes annuelles.

Dans les rues d'Harare, le train de vie du chef de l'Etat dans un contexte de crise économique fait couler beaucoup d'encre, en témoigne la couverture médiatique de son séjour vacancier de plus d'un mois en Asie, duquel il serait rentré discrètement le vendredi 27 janvier, au moment où les interprétations de son absence allaient dans tous les sens. Mais dans un Zimbabwe où l'anniversaire du président de la République fait l'objet d'une célébration publique annuelle depuis la fin des années 80 (sachant qu'il a accédé au pouvoir en 1987), le pouvoir et ses proches semblent toujours faire la sourde oreille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :