Née en Somalie et députée aux USA de Trump, qui est Ilhan Omar ?

 |   |  594  mots
Ilhan Omar, 34 ans, aura déjà passé 17 jours à la Chambre des représentants de l'Etat du Minnesota, quand Donald Trump emménagera à la Maison Blanche
Ilhan Omar, 34 ans, aura déjà passé 17 jours à la Chambre des représentants de l'Etat du Minnesota, quand Donald Trump emménagera à la Maison Blanche (Crédits : DR)
C’est certainement l’une des femmes les plus médiatisées ces derniers jours. Ilhan Omar -34 ans, musulmane et ancienne réfugiée d’origine somalienne- vient de remporter son siège à la Chambre des représentants de l’Etat du Minnesota, aux Etats-Unis. Une première dans ce pays, désormais dirigé par un Donald Trump très opposé à l’immigration pendant la campagne présidentielle.

Lorsque le 45ème président des Etats-Unis, Donald Trump, emménagera à la Maison Blanche le 20 janvier prochain, Ilhan Omar, 34 ans, aura déjà passé 17 jours à la Chambre des représentants de l'Etat du Minnesota. Prévue le 2 janvier prochain, son entrée à cette chambre parlementaire est une première aux Etats-Unis pour une femme d'origine somalienne qui plus est musulmane voilée et ancienne réfugiée.

Lire aussi : S.E. David Gilmour : « l'Afrique n'a rien à craindre avec Trump »

Elle a été élue lors de l'Election Day, mardi 8 novembre, dans le cadre des législatives qui se tiennent traditionnellement aux Etats-Unis concomitamment avec les présidentielles. De tout de suite, elle a dit sa satisfaction dans un article paru sur son site :

« Ce soir est le point culminant de plus d'un an de travail acharné. Je suis si fière de cette victoire, parce que le District 60B représente le meilleur du Minnesota. Mes voisins et tous ceux qui sont ici dans cette salle représentent ce que nous, en tant que nation, voulons être : unis dans notre diversité. [...] Les résidents de longue date, les immigrants d'Afrique de l'Est et les étudiants, nous sommes venus ensemble et engagés dans le progrès politique. Nous avons parlé des enjeux qui nous préoccupent et nous sommes liés à l'avenir que nous voulons créer. »

L'élection de la député démocrate (DFL: Democrat Farmer Labor ou Parti Démocrate du Minnesota) à l'issue des législatives de mardi soir -qui se tenaient simultanément à la présidentielle- sonne fort aux Etats-Unis dans le contexte actuel. Il y a encore quelques jours, Trump se prononçait sans tabous et de façon particulièrement virulente envers musulmans et réfugiés.

De simple réfugiée à leader politique

Arrivée aux Etats-Unis à l'âge de 11 ans en provenance d'un camp de réfugiés au Kenya où elle avait passé quatre ans, c'est dans le Minnesota, comme la plupart des réfugiés somaliens, qu'Ilhan s'installe avec sa famille. Elle est tout de suite scolarisée. Brillante, elle évolue vite et fait des études supérieures en économie, puis en sciences politiques et relations internationales

Lire aussi : Le saviez-vous ? Donald Trump et Ali Bongo ont un point en commun

Aujourd'hui mariée et mère de trois enfants a travaillé, entre autres, comme analyste politique et organisatrice communautaire. Elle a également siégé dans divers conseils d'administration d'ONG telles que la Ligue de Défense des Droits Civiques, la Confédération Somalienne du Minnesota ou encontre le Comité Central de son parti. Sans parler de sa récente expérience d'assistante politique d'Andrew Johnson, un conseiller Municipal de Minneapolis.

Suivie par Mogadiscio

Si certains considèrent que son élection aurait été la cerise sur le gâteau en cas de victoire d'Hilary Clinton, d'autres estiment toutefois fois qu'elle est la preuve que même dans l'Amérique de Donald Trump, tout peut vraiment arriver.

Lire aussi : Riva Levinson : le 'joker' de Trump en Afrique ?

Et si la communauté somalienne à travers le monde et aux Etats-Unis en particulier ne cesse d'afficher sa fierté sur les réseaux sociaux, les autorités de Mogadiscio ne se sont pas encore sur l'élection d'Ilhan Omar. Toutefois lors de sa victoire aux primaires en août dernier, le Premier ministre somalien, Omar Abdirashid Ali Sharmarke, l'avait félicité sur Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2016 à 8:33 :
il y a des paroles et il y a des actes.
Certains auraient du mal à croire que les deux comptent.
Des simples paroles naissent parfois "un désir" ou "un vouloir" d'agir pour soi, pour les autres, voire pour les deux à la fois.
Dans la masse il y a ceux qui observent, ceux qui suggèrent, ceux qui critiquent, ceux qui dénoncent, ceux qui s'indignent, ceux qui profitent et ceux qui agissent pour eux mêmes, pour les leurs, pour ceux qui pensent comme eux et parfois pour les autres, ceux de la masse populaire. En tout cas, parmi nous certains utiliseraient sans retenue leurs simples paroles, légères ou réfléchies, en tant que moyens accessibles à tous et surtout peu coûteux pour gagner un "pouvoir" inespéré d'agir pour servir ou se servir.
a écrit le 13/11/2016 à 8:02 :
Comment serait-on progressiste avec un voile sur la tete ?
Tout n'est pas dit.
Le mari, il est où ? Il fait quoi ?
Je veux comprendre.
Réponse de le 16/11/2016 à 20:08 :
Peut-être parce ce que un bout de tissu ne définit pas une personne nonobstant l'endroit où on le porte; ou ne le porte pas, le nombre de centimètres, etc. Comment peut-on être si fetichiste et se dire moderne ? Je veux comprendre. Pour information le mari va bien et à donner une entrevue à la tv sur le long parcours de sa femme et la fierté que cela représente. Rien de bien étonnant.
a écrit le 12/11/2016 à 18:21 :
C'est bien là le signe que les USA sont en pleine désintégration. Et la France n'en est plus si loin.
Réponse de le 12/11/2016 à 19:47 :
Mais comment a donc fini Robespierre001?????
a écrit le 12/11/2016 à 7:54 :
Bravo...mais que les pays Africain donnent la possibilité aux leurs dans les propre cieux..voici encore un cerveaux qui va donner son génie ailleurs c'est triste....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :