Exclusif : au Congo Brazzaville, la SNPC mène grand train malgré la crise pétrolière

 |   |  265  mots
Siège de la SNPC à Brazaville
Siège de la SNPC à Brazaville (Crédits : DR/LTA)
Pas moins de 578 000 euros. C’est la bagatelle qu’a dépensé la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC) juste avant l’été dernier, à la faveur de trois déplacements à l’étranger de ses cadres et d’une mission à l’intérieur du Congo. C’est ce que révèlent plusieurs documents bancaires de la SNPC auxquels La Tribune Afrique a eu accès en exclusivité.

Ces documents consistent en quatre « mises à disposition »  adressées à la banque BGFI de Brazzaville, toutes signés de la main de  Maixent Raoul Ominga, à l'époque directeur de la comptabilité de la SNPC, et promu en Juillet dernier Directeur Général Adjoint, chargé des Finances et de la Comptabilité de la société nationale.

Extrait SNPC

Pour la mission prévue en Turquie, c'est 170 000 euros qui ont été retirés en espèces des livres de la SNPC, celle en Russie a nécessité quant à elle une enveloppe de 180 000 euros, la Chine, ne mobilisant, quant à elle, « que » 160 000 euros. Une quatrième mission- probablement à l'intérieur du pays- a nécessité 45 millions de FCFA, soit un peu moins que 70 000 euros.

A quoi ont bien pu servir ces fonds qui apparaissent totalement disproportionnés au regard de simples missions entrant dans le cadre du développement de relations commerciales ? Surtout, comment la SNPC pouvait-elle se permettre de faire des sorties d'argent aussi conséquentes alors même que le prix du Baril connaissait une chute spectaculaire à la mi 2016 et que sa trésorerie était au plus bas ?

Des fournisseurs en attente d'être payés

Autant de questions qu'il faut examiner à l'aune d'une autre problématique de taille pour la SNPC : les retards de paiements importants qu'aurait accumulés la société nationale à l'endroit de plusieurs de ses fournisseurs internationaux. Parmi celles-ci,  selon des informations fiables recueillies par La Tribune Afrique, il y aurait l'entreprise de courtage pétrolier suisse Trafigura, qui  aurait accumulé plusieurs dizaines de millions de dollars de dettes et qui montrerait des signes d'impatience...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2017 à 15:15 :
BJR CHEF RAOUL OMINGA c'est VOTRE UMBLE OUVRIER QUI A TRAVAIL DANS LA RUE TSABA MAIS JE VOUS ET JAMAIS RENCONTRE
a écrit le 12/01/2017 à 9:02 :
Comment faire pour être admis chez vous
a écrit le 11/01/2017 à 17:51 :
S'il nous plaît, ayant une bonne mentalité dans la gestion de nos ressources afin de promouvoir notre économie qui peut servir à des fins utiles pour l'avancement de notre cher pays le Congo.evitant la gabegie s'il nous plaît il est temps

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :