Cette banque d'affaires mauricienne qui gèrera le fonds obligataire de la BAD

 |   |  467  mots
(Crédits : DR)
Le Fonds Obligataire Domestique Africain (FODA) sera géré et structuré en Afrique.C'est la filiale d'une banque d'affaires mauricienne fondée en 1838 qui a décroché ce marché de la Banque Africaine de Développement.

C'est acté ! Le Fonds Obligataire Domestique Africain (FODA) sera géré et structuré en Afrique. Ce nouveau fonds de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui s'inscrit dans le cadre de l'Initiative des marchés financiers africains (AFMI) sera ainsi géré par la filiale d'une banque d'affaires Mauricienne. Il s'agit en l'occurrence de la MCB Investment Management (MCB IM). « Notre société MCB IM a été choisie le mercredi 7 décembre pour gérer et structurer ce fonds de la BAD. Une première en Afrique », livre à La Tribune Afrique Rony Lam, CEO de MCB Capital Markets. Le mandat de gestion a d'ores et déjà été officialisé et des discussions sur le Fonds auront lieu les 15 ou 16 décembre prochains à Abidjan, où se tiendra le 5e atelier annuel BAD/AFMI sur le développement des marchés obligataires et le secteur financier africain.

« L'un des objectifs de la BAD est d'aider à développer les marchés financiers dans les pays d'Afrique. Elle a donc pris l'initiative de lancer un fonds qui investirait dans les obligations en monnaie locale dans différents pays d'Afrique. La BAD va donc souscrire à ce fonds que nous allons gérer et structurer à Maurice grâce à MCB Investment Management », explique à La Tribune Afrique Rony Lam, le patron de la banque d'investissement mauricienne, MCB Capital Markets.

Insuffler une nouvelle dynamique aux obligations africaines

Il faut dire que ce Fonds a une portée stratégique pour sortir les marchés financiers africains de leur taille actuelle, encore embryonnaire. Les capitaux du FODA, deuxième pilier de l'IMFA, seront investis dans des obligations souveraines africaines libellées en monnaies locales émises sur les marchés africains.

« Les bénéficiaires ciblés (par l'AFMI ndlr.) sont les organisations africaines nationales et régionales et des associations impliquées dans le développement du marché obligataire en monnaies locales telles que les organismes gouvernementaux africains, les communautés économiques régionales et le secteur privé et les organisations de la société civile implantées en Afrique », détaille l'appel d'Offres de la BAD relatif à l'Initiative qui englobe ce nouveau fonds, qui précise également que « le soutien prévu par projet sera normalement entre cinquante mille dollars ($ 50,000) et un million de dollars (1 million $) ».

Le lancement de ce fonds constituera sans nul doute une véritable une véritable impulsion aux marchés obligataires cibles. En effet, au-delà de tirer les transactions vers le haut sur les obligations en monnaies nationales africaines, ce Fonds rehaussera la crédibilité de ces titres de dette et contribuera ainsi à renforcer la confiance des investisseurs internationaux. La MCB Investment Management, depuis l'île Maurice, devra ainsi gérer les actifs de ce fonds de telle sorte à faire converger vers cet objectif, dans un environnement où l'incertitude monte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2016 à 19:39 :
Mes suggestions.

Il faudra prendre en compte dans le Fonds FODA les ressources mobilisèes par les Caisses de dèpóts et consignations.

A cet égad, il faudra que les Caisses soient crèees dans tous les pays africains.

Il faudra ègalement que les Collectivités locales africaines participent á la constitution du FODA avec un Fonds Local Africain à travers la crèation d'une Sociètè Africaine d'Investissement et de Financement qui devra prendre en compte la contribution de la Diapora Africaine.

Ce fonds local leur permettra d'être des Investisseurs du Fonds FODA, ce qui leur permettra d'accèder aux marchès domestiques obligataires.

Je viens d'initier un projet de rèalisation de Villages verts en Afrique pour la crèation de richesses et d'emplois pour les Femmes et les jeunes entrepreneurs.

Les Villages verts seront entièrement èlectrifiès par le solaire.

Chaque Village vert comprendra: des logements sociaux, des domaines agricoles, des bâtiments d'èlevage et avicultaire, des fermes aquacoles, des unitès industrielles etc.

Les acteurs devront bènèficier de crèdit- logement et de crèdit-production.

L'objectif de cet important projet de dèveloppement inclusif et durable est
d'amènager les villages existants en vue de sèdentariser les populations rurales et de pomouvoir le retour des jeunes en exode ou en èmigration.

Ce projet devra se rèaliser en partenariat avec les Collectivitès locales qui doivent absolument contribuer à la constitution du Fonds FODA pour leur permettre de participer aux marchès obligataires domestiques, ètant entendu qu'elles devront assurer le financent des espaces des VRD et des espaces communes des Villages verts.

Meilleures salutations

Mme Fatou DIAW
Consultant en Développement
Chef d'Entreprise
Prèsidente de l'Organisation des Femmes d'Affaires Africaines (ORFA)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :