Investissement : le Ghana sollicite l'Eximbank pour soutenir sa filière cacao

 |   |  384  mots
Au cours de la campagne 2016-2017, le cacao a perdu jusqu'à 40% de sa valeur sur certains marchés à l'international, passant de 3 000 à 1 900 dollars la tonne.
Au cours de la campagne 2016-2017, le cacao a perdu jusqu'à 40% de sa valeur sur certains marchés à l'international, passant de 3 000 à 1 900 dollars la tonne. (Crédits : Reuters)
L'office ghanéen du cacao vient de solliciter la banque chinoise Eximbank pour une ligne de crédit de 500 millions de dollars pour booster la filière. Les fonds seront investis notamment dans la construction d'entrepôts de stockage de la production excédentaire.

Le Ghana pourrait bientôt retrouver sa place de producteur du cacao à l'échelle mondiale. D'après l'édition du 24 octobre du magazine local Ghanaian Times, l'office ghanéen du cacao (COCOBOD) a sollicité la banque chinoise EximBank pour un prêt de 500 millions de dollars, une ligne de crédit qui servira à booster le secteur du cacao ghanéen. Les fonds seront notamment consacrés au financement de projets de construction d'entrepôts de stockage de la production excédentaire. Payable en cinq, ce prêt viendra aider le Ghana à remporter son pari de retrouver sa place de grand producteur de cacao.

Le prêt, dont les discussions ont été entamées entre les autorités ghanéennes et la China Eximbank, devrait être le second du genre, en l'espace de quelques semaines, pour le secteur ghanéen du cacao. En effet, fin septembre dernier, les autorités ghanéennes avaient déjà évoqué avec la Côte d'Ivoire un prêt de 1,2 milliard de dollars auprès de la Banque africaine de développement (BAD) pour appuyer leur stratégie de création d'un stock régulateur qui les aiderait à exercer une influence sur le prix mondial du cacao.

Contourner la crise des cours mondiaux

Respectivement premier et deuxième producteurs du cacao sur le plan mondial, la Côte d'Ivoire et le Ghana font face à une crise liée à ce secteur, depuis le début de la chute des prix sur le marché mondiale. A en croire le ministre ghanéen de l'Alimentation et de l'agriculture, Owusu Afriyie Akoto, le recours aux prêts a été motivé par la forte baisse des prix du cacao sur le marché mondial. En effet, au cours des dix dernières mois, ces derniers sont passés d'environ 3 000 à quelque 1 900 dollars la tonne. Une baisse qui générerait une perte nette de 2 milliards de dollars.

Cette saison, le secteur du cacao au Ghana est sous pression et le pays s'attend à des récoltes exceptionnelles, alors que les prix moyens du cacao ne devraient augmenter que de 10% au cours des 11 prochains mois. Une perspective sombre qui devrait pousser les autorités de tutelle à renoncer au versement de primes aux agriculteurs. Quant au prix du cacao, il ne devrait guère dépasser les 400 dollars la tonne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :