Education : le Sénégal et la France co-présideront la Conférence de financement du GPE

 |   |  479  mots
Emmanuel Macron, Antonio Gueterres, le secrétaire général de l'ONU, et le président sénégalais Macky Sall, le 20 septembre 2017, au siège de l'ONU à New York.
Emmanuel Macron, Antonio Gueterres, le secrétaire général de l'ONU, et le président sénégalais Macky Sall, le 20 septembre 2017, au siège de l'ONU à New York. (Crédits : DR)
La Conférence de financement du Partenariat mondial pour l'éducation aura lieu à Dakar le 8 février prochain. Elle devrait mobiliser 3,1 milliards de dollars pour soutenir l’éducation de plusieurs centaines de millions d’enfants dans le monde et sera co-présidée par la France et le Sénégal.

Rendez-vous est pris à Dakar ! Le Sénégal et la France co-présideront la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l'éducation qui se tiendra le 8 février 2018 dans la capitale sénégalaise. L'annonce de ce parrainage conjoint a été faite à New York, hier 20 septembre, par le président sénégalais Macky Sall et le président français Emmanuel Macron, lors d'une réunion de haut niveau sur le financement de l'éducation organisée à l'ONU en marge de la 72e Assemblée générale des Nations Unies.

Derrière cet événement d'envergure qui rassemblera les bailleurs et pays en développement partenaires, le secteur privé, les fondations philanthropiques, la société civile et les organisations internationales, s'est déjà dessiné un objectif : mobiliser 3,1 milliards de dollars pour la période 2018 - 2020 pour soutenir l'éducation de 870 millions d'enfants dans 89 pays en développement dans lesquels vivent 78% des enfants non scolarisés dans le monde, selon l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Ces engagements en soutien à l'éducation dans les pays en développement viendront s'ajouter «aux nombreuses réalisations du Partenariat mondial pour l'éducation qui a déjà investi de façon substantielle dans l'éducation, aidant ainsi 72 millions d'enfants supplémentaires à aller à l'école primaire depuis 2002, y compris au Sénégal», a déclaré mercredi le président Macky Sall.

Baisse des investissements dans l'éducation

Pour le président Emmanuel Macron qui a appelé «la communauté internationale à se joindre à la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l'éducation à Dakar», le soutien à l'éducation est une priorité absolue. Selon le chef d'Etat français, pour qui «la lutte contre le terrorisme islamiste» est la priorité de la diplomatie française, l'éducation est l'une des armes les plus efficaces pour faire face à l'obscurantisme.

Pour sa part, la présidente du conseil d'administration du Global Partnership Education, Julia Gillard, estime que «cette conférence sera l'occasion d'un changement radical indispensable pour permettre aux bailleurs et aux pays en développement de montrer leur engagement financier en faveur de l'éducation». Il faut noter que ce rendez-vous s'inscrit dans un contexte de morosité des investissements dédiés à l'éducation alors qu'actuellement, selon les Nations Unies, «617 millions d'enfants dans le monde ne bénéficient pas d'un apprentissage suffisant pour rompre le cycle de pauvreté».

Le fait que le Sénégal, un pays du Sud et la France, un bailleur du GPE depuis 2006, parrainent conjointement la conférence de financement du GPE, «démontre la détermination» des deux États à renverser cette tendance, selon toujours la présidente du conseil d'administration du GPE.

Avec le soutien du GPE depuis 2006, le Sénégal a réalisé des progrès en termes d'investissement dans l'éducation, avec aujourd'hui pas moins de 24% des dépenses publiques redirigé vers ce secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :