Tullow Oil opte pour Accra dans le litige qui oppose le Ghana à la Côte d'Ivoire

 |   |  532  mots
Le 12 janvier 2015, le Tribunal international de droit maritime a constitué une chambre spéciale pour connaître du différend, qui lui a été soumis par un compromis entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, relatif à la délimitation de la frontière maritime commune aux deux pays.
Le 12 janvier 2015, le Tribunal international de droit maritime a constitué une chambre spéciale pour connaître du différend, qui lui a été soumis par un compromis entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, relatif à la délimitation de la frontière maritime commune aux deux pays. (Crédits : Reuters)
La compagnie britannique Tullow Oil, vient de choisir son camp dans le litige territorial qui divise le Ghana et la Côte d’Ivoire, en s'engageant au côté d’Accra. Le géant pétrolier prévoit même de renforcer sa présence dans la zone contestée en faisant passer les puits de 11 à 24, courant 2018. La décision de Tullow Oil a pris de court le Tribunal international de droit maritime qui devrait rendre sa décision en septembre prochain.

La compagnie pétrolière britannique Tullow Oil vient d'annoncer son intention de lancer de nouveaux forages offshore au Ghana, malgré le conflit frontalier qui touche la zone de prospection.

Accra et Yamoussoukro sont en effet en désaccord sur le tracé de la frontière maritime qui sépare les deux pays d'Afrique de l'Ouest. La zone litigieuse, située au large des côtes ghanéennes et ivoiriennes, est traversée par un gisement de pétrole. Celui-ci est déjà dans le viseur de plusieurs compagnies qui n'attendent que la décision du Tribunal international du droit maritime -prévue en septembre prochain- pour pouvoir y lancer les travaux d'exploration.

Tollow Oil plutôt opitimiste

La procédure judiciaire n'a pas toutefois empêché Tullow de programmer l'expansion du projet Tweneboa-Envenra-Notmme, pour la même période. L'entreprise gère actuellement 11 puits offshore situés dans les eaux ghanéennes et compte renforcer davantage sa présence en prévoyant l'installation de 13 autres plateformes. Une extension qui devrait démarrer dès la fin de l'année en cours, selon le management de Tullow.

Pour prémunir juridiquement ses investissements et «en accord avec ses partenaires et le gouvernement ghanéen», le géant pétrolier a pris les devants en s'adressant à des cabinets de conseil juridique afin de dresser les différents scénarios qui résulteraient du jugement du Tribunal maritime. Il n'empêche que le management de Tullow a adopté une attitude confiante quant à l'issue du litige, notamment après la récente sortie de so CEO, Paul McDade, qui le management de Tullow, «ne s'attend à aucun changement important».

Le litige entre Accra et Yamoussoukro remonte au 6 février dernier, après que les autorités ivoiriennes aient décidé de saisir le Tribunal international du droit maritime. Basé à Hambourg, ce dernier devra émettre un arrêté pour trancher sur la question du tracé frontalier entre les deux pays. Bien que la Ghana souhaite maintenir le tracé actuel issu des découpages coloniaux, la Côte d'Ivoire compte bien changer la ligne frontalière en vigueur depuis près de 50 ans.

L'opérateur maintient ses perspectives malgré la procédure

Le gouvernement ivoirien se plaint par ailleurs de «l'exploitation unilatérale du bloc pétrolier offshore par son voisin de l'Est». Yamoussoukro avait, rappelons-le, déjà appelé Accra a cessé toutes ses activités d'exploration et d'exploitation des ressources sous-marines dès 2015. Une requête qui sera accordée par le Tribunal dès le début de la procédure judiciaire, avec en prime un contingentement des activités d'exploitation dans la zone contestée.

En attendant, Tullow maintient ses prévisions de production pour 2017, y compris dans la zone contestée. Le groupe prévoit ainsi de faire passer la capacité de Tweneboa-Envenra-Notmme à quelque 80 000 barils/jours, pour une production de 48 000 barils par jour enregistrée lors du premier semestre de l'année en cours. Le groupe serait par ailleurs prêt à attribuer des contrats de forage directement après la décision de la Cour. Pour Tullow, l'amélioration des perspectives du marché ghanéen reste conditionnée par la reprise du forage en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :