Souleymane Ba : « L'agroalimentaire vient s'ajouter à nos secteurs d'intervention habituels » [Fonds Helios]

 |   |  1445  mots
Souleymane Ba, Associé chez Helios
Souleymane Ba, Associé chez Helios (Crédits : DR)
Helios Investment Partners a annoncé ce lundi 24 juillet l’acquisition de 100% de Fertilizers and Inputs Holding B.V. qui détient les opérations africaines d’engrais et d’intrants de Louis Dreyfus Company (LDC). Avec cette transaction, ce fonds d'investissement dédié à l'Afrique introduit le secteur agroalimentaire dans son portefeuille qui se chiffrait avant l'opération à 3 milliards de dollars. Dans cette interview avec «La Tribune Afrique», Souleymane Ba, Associé chez Helios, donne les grandes lignes de la stratégie d'investissement du fonds, ainsi qu'un aperçu sur ses plans en Afrique.

La Tribune Afrique : Avec l'acquisition de Fertilizers and Inputs Holding B.V, quelle est la nouvelle structure de votre portefeuille d'investissement et quel est le montant de cet investissement ?

Souleymane Ba : Nous ne communiquons pas sur le montant exact de cet investissement, mais il s'agit d'une opération de taille considérable, puisque la plateforme africaine d'engrais et d'intrants agricoles de Louis Dreyfus Company génère chaque année quelque 300 millions de dollars de ventes.

Notre approche est de garder le management indépendant pour chacune des entreprises dans lesquelles nous investissons. Sa dimension et sa forte présence sur des marchés clés lui permettent de bénéficier de belles opportunités de croissance. Cette plateforme est leader dans tous les pays où elle est présente, notamment en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Mali et au Sénégal.

Il s'agit du premier investissement d'Helios dans le secteur agroalimentaire, qui vient ainsi s'ajouter à nos secteurs d'intervention habituels : les banques, les télécoms et l'énergie. Ceux-ci ont en commun une même caractéristique : ils sont des clés pour le développement et la croissance de l'économie africaine. Helios Investment Partners gère aujourd'hui une gamme de fonds et autres entités assimilées d'un montant total d'environ 3 milliards de dollars.

Comment s'est déroulée l'opération qui a mené à la finalisation de cette transaction ?

Helios Investment Partners est une société de capital-investissement pionnière qui investit exclusivement en Afrique depuis 15 ans. Notre ambition est claire : donner aux Africains les moyens de maîtriser leur développement en investissant dans des secteurs clés pour l'économie africaine, afin de faire naître des champions panafricains.

Le secteur agroalimentaire est vital pour le développement de l'Afrique. A horizon 2050, un quart de la population mondiale sera africain, alors que l'autosuffisance alimentaire reste un enjeu de premier ordre. Il faisait donc, en toute logique, partie de nos priorités.

Les opérations d'engrais et d'intrants de Louis Dreyfus Company présentent des avantages compétitifs importants qui répondent à nos critères de sélection et servent notre ambition pour répondre aux différents enjeux du continent africain. Pendant des années, nous avons cherché la meilleure plateforme nous permettant de répondre à ces problématiques et les activités d'engrais de LDC répondent pleinement à nos critères (leader de marché, fort potentiel de croissance, plateforme internationale, réseau de distribution difficile à réinventer, marque reconnue sur les différents marchés, NDA). Grâce au soutien et aux ressources que nous leur apporterons, ces opérations permettront aux Africains de mieux maîtriser leurs cultures et leurs récoltes, tout en optimisant leur rendement agricole.

Comment se déclinent les opérations de Fertilizers and Inputs Holding B.V entre négoce et transformation de produits agricoles ?

Cette plateforme se concentre sur les activités de distribution : formation des paysans, étude des sols, logistique et acheminement des produits, combinaison des intrants pour créer des produits sur mesure pour répondre aux besoins des sols d'avoir des produits agricoles adaptés et abordables en termes de prix.

Quelles sont les grandes lignes de vos plans pour le développement de votre nouvelle acquisition?

Nous souhaitons travailler sur deux axes prioritaires. D'une part, rapprocher la plateforme d'engrais et d'intrants de ses clients finaux, notamment en proposant des produits mieux adaptés à leurs besoins et plus abordables afin de leur permettre d'étendre leurs activités. Et d'autre part, apporter les ressources nécessaires à son développement, notamment géographique, dans l'optique d'étendre son réseau.

Je vais vous donner un exemple : nous avons participé à la croissance d'Equity Bank au Kenya, que nous avons accompagnée pendant 8 ans. Cette banque, reconnue depuis près de 10 ans comme l'une des plus profitables au monde, a vu sa part de marché passer de 7% à 50% au sein du pays. Nous l'avons également accompagnée dans son expansion géographique à 5 nouveaux pays. C'est cela la contribution d'Helios.

Dans quelle stratégie d'investissement s'inscrit cette acquisition ? Avez-vous défini un horizon de sortie ? Quel TRI ciblez-vous dans ce cas là ?

Notre politique est celle de la croissance : nous identifions des sociétés à fort potentiel de croissance et d'expansion, avec une stratégie déjà bien définie et pertinente. Nous leur apportons des ressources pour qu'elles deviennent in fine des leaders panafricaines destinées à soutenir les économies locales. Helios est considéré comme un partenaire stratégique de choix par les entreprises qui souhaiteraient accélérer leur développement sur le continent africain.

Il est trop tôt pour définir un horizon de sortie précis, mais nous accompagnons nos partenaires sur le long terme et il s'agit d'un critère différenciant important dans notre secteur d'activités. Notre accompagnement dure généralement plus longtemps que les autres fonds de private equity : nous restons en moyenne 5 à 8 ans au capital des sociétés au sein de notre portefeuille.

La fierté d'Helios est que non seulement nos rendements moyens sont comparables aux fonds de private equity sur les marchés émergents, mais nous mesurons également notre rendement en termes d'impact. C'est ce qui fait le succès de notre fonds.

Quelle analyse faites-vous des secteurs agricole et agroalimentaire africains, notamment à l'aune des menaces qui les entourent, comme le dérèglement climatique, l'appauvrissement des sols, l'instabilité politique dans certaines régions ou encore le foncier... ?

Nous mesurons bien sûr l'ampleur des menaces que vous citez et nous assurerons d'un développement sain et éthique des activités et de la plateforme d'engrais et d'intrants agricoles, quel que soit son lieu d'activité. Nous n'utilisons que les produits agréés en Europe et aux Etats-Unis, et nous sommes d'ailleurs soutenus par les grandes institutions qui ont des standards très élevés excédant ceux d'Europe.

N'oublions pas que l'enjeu principal auquel nous souhaitons répondre en priorité est celui de l'autosuffisance alimentaire de l'Afrique. Au regard de sa forte croissance démographique, la réussite économique du Continent passera par la maîtrise de ses cultures et l'amélioration des rendements agricoles, des progrès essentiels pour la santé de la population.

Helios se caractérise par une particularité unique : la majorité de nos collaborateurs sont Africains, issus de tous les pays, donc familiers des marchés locaux et disposant d'une grande expérience internationale obtenue au sein des plus grands acteurs financiers. C'est ce qui fait la force de notre fonds et nous motive : l'Afrique est notre terre. Son développement sociétal, économique et responsable est au cœur de nos priorités, en tant que société, mais aussi en tant qu'individus.

Quelle est la structure géographique des revenus de Fertilizers and Inputs Holding B.V au sein du continent africain?

Cette plateforme est leader dans tous les pays où elle est présente : l'Angola, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, Madagascar, le Mali et le Sénégal. La présence la plus importante est sur les marchés ivoirien, camerounais et sénégalais.

Quelles sont les prochaines étapes dans vos investissements en Afrique ?

Comme prochaine étape, nous avons pour ambition de nous développer sur l'aval, sur les métiers de la transformation et de la distribution dans l'agroalimentaire. Nous souhaitons également accentuer notre développement en Afrique francophone et créer des champions panafricains qui viennent de cette région.

Pour vous donner quelques exemples de nos dernières réalisations en Afrique francophone, nous avons étendu les activités de Helios Towers Africa à 4 pays, investi dans Vivo Energy et élargi son réseau à 16 pays (dont le Maroc, la Côte d'Ivoire et le Sénégal, NDA) ou encore fait l'acquisition des activités d'Orange au Kenya en 2015.

Dans l'industrie agroalimentaire, rappelons également notre investissement dans GBFoods, groupe alimentaire multinational de premier plan d'origine espagnole, au 1er semestre 2017. Nous avons créé une co-entreprise avec GB Foods dans l'objectif de mettre en place une entreprise panafricaine spécialiste des produits alimentaires, détenant des marques de premier plan, telles que Jumbo (bouillon), Gino et Pomo (concentré de tomates), Jago (lait en poudre et mayonnaise), et Bama (mayonnaise) en Afrique avec une présence dans plus de 30 pays africains, dont la majorité de l'Afrique francophone. Depuis, nous l'accompagnons dans son expansion géographique, mais aussi le développement de ses gammes de produits dans une sélection de pays cibles. Cette opération a permis de faire émerger l'un des plus grands groupes de biens de grande consommation en Afrique.

Propos recueillis par Othmane Zakaria

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :