Burkina Faso : 19 milliards de Fcfa de la BID pour le secteur de l’élevage

 |   |  399  mots
Le pastoralisme contribue fortement au PIB du Burkina Faso.
Le pastoralisme contribue fortement au PIB du Burkina Faso. (Crédits : DR)
La Banque islamique de développement (BID) vient d’accorder au Burkina Faso un financement de plus de 19 milliards de Fcfa. Cette enveloppe destinée à financer le pastoralisme au Burkina bénéficiera à 300 000 éleveurs, a annoncé ce lundi un communiqué du gouvernement burkinabé.

Alors qu'il ne reste que quelques formalités à accomplir, le financement du projet de développement du secteur de l'élevage (PNDEL) et du programme national du secteur rural a déjà été acté le début du mois de mai. Le président de la Banque islamique de développement (BID), Bandar Al HAJJAR et le ministre de l'Economie, des finances et du développement burkinabé, Hadizatou Rosine Coulibalysori, se sont rencontrés à Djeddah en Arabie Saoudite, début mai, pour étudier les modalités de financement de ces deux projets.

Le président de la BID, convaincu de l'enjeu d'investir au Burkina Faso, n'a pas longtemps hésité avant de sortir son carnet de chèques. Elaboré en collaboration avec la Banque mondiale, ce financement devrait redonner souffle à l'économie burkinabè. Au pays des hommes intègres, l'élevage est le troisième secteur d'exportation après l'or et le coton. Il contribue à plus de 26% des recettes du commerce extérieur. Estimée à plus de 19,5 milliards de Fcfa, cette enveloppe destinée exclusivement à financer le pastoralisme sur cinq ans bénéficiera à 300 000 éleveurs répartis dans six régions du pays : la boucle du Mouhoun, Cascades, Est, Hauts- Bassins, Sahel et Nord, zones d'intervention du programme.

Pour une meilleure production animale

Il faut signaler que cet engagement de la BID suscite beaucoup d'espoirs chez les autorités burkinabè. C'est une aubaine pour le gouvernement qui mène depuis des années une politique de réformes au profit du secteur. Le projet «contribue à l'amélioration de la production animale pour accroître les revenus et réduire l'insécurité alimentaire dans la région du Sahel grâce à une meilleure gestion des ressources naturelles, à l'accès aux marchés et à un contrôle accru des maladies transfrontalières du bétail», a estimé le gouvernement du Burkina qui espère un réel impact de ce financement sur les productions animales, surtout en ce qui concerne le lait et la viande.

Selon le ministère de l'Economie et des finances burkinabé, la hausse de la consommation de lait par habitant devrait ainsi passer de 16,67 kg à 18,34 kg par an d'ici 2030. Autres résultats attendus par les autorités burkinabé, la réduction de 30% du nombre de conflits entre les pasteurs et les agriculteurs et l'accroissement de 20% des effectifs de petits ruminants engraissés et vendus par année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :