Eau potable : Zanzibar mobilise des financements pour faire face à la pénurie

 |   |  589  mots
(Crédits : Reuters)
D'après une déclaration rendue publique, la banque indienne d'import et d'export vient d'octroyer au gouvernement tanzanien un prêt de 92,18 millions de dollars. Cet appui financier devrait servir à réhabiliter et améliorer le système d'approvisionnement en eau à Zanzibar.

La banque indienne d'import et export, Exim India vient de se manifester aux côtés de la population du Zanzibar. Selon une déclaration rendue publique de l'institution bancaire, elle a octroyé à l'archipel un prêt de 92,18 millions de dollars en fin de semaine dernière. Cette aide financière servira à prendre en charge l'aménagement, la réhabilitation et l'amélioration du système d'approvisionnement en eau à Zanzibar, la ville la plus importante de l'archipel. La ville est confrontée depuis quelques années à des problèmes d'eau. Fréquemment victime de la montée de la mer, la population arrive difficilement à avoir accès à une eau potable.

« L'eau est très salée, alors elle ne peut pas être utilisée pour quoi que ce soit. Vous utilisez beaucoup d'eau et de savon si vous l'employez pour laver le linge ou la vaisselle. L'autre difficulté est que vous ne pouvez pas l'utiliser pour cuisiner ou boire. C'est pourquoi nous devions marcher sur de longues distances pour chercher de l'eau dans des puits d'eau douce », a déclaré une jeune maman à IPS.

Selon elle, il faut passer une grande partie de sa journée à marcher pour se rendre à la source d'eau douce la plus proche pour chercher de l'eau potable. Le ministère de l'Environnement de Zanzibar a expliqué que la montée du niveau de la mer a entraîné le mélange de l'eau de mer avec les sources d'eau douce et la contamination des puits dans la ville. Zanzibar n'a pas de fleuves et la principale source d'eau qui demeure souterraine, dépend des précipitations actuellement irrégulières.

Afin de venir à bout du problème, en octobre 2012, le Programme d'adaptation en Afrique (PAA) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a construit un pipeline de huit kilomètres depuis le village de Kilimani, à l'intérieur, jusqu'au village de Nungwi. Un grand réservoir d'eau près du village de Kilimani maintient la fourniture d'eau. Cette solution a permis de fournir près 15.000 villageois. Un système qui doit aujourd'hui, être mis à jour, d'où le financement de Exim India.

Eximbank of India, de plus en plus africaine

L'engagement d'Exim India aux côtés des pays africains devient de plus en plus remarquable. Une politique conforme à la déclaration du gouvernement indien lors du 3ème sommet Inde-Afrique. Economie la plus dynamique du monde en 2016, l'Inde avait annoncé fin 2015, qu'elle allait accorder aux pays africains des prêts concessionnels d'un montant global de 10 milliards de dollars, ainsi qu'une aide de 600 millions de dollars entre 2016 et 2020.

Depuis, plusieurs pays ont bénéficié du soutien de la banque. Janvier dernier, elle a avait débloqué 87 millions de dollars pour l'acquisition de 500 autobus en la Côte d'Ivoire. Un peu plus tôt en août 2016, quelques semaines après son implantation, la banque a accordé un prêt de 118 milliards de FCFA au gouvernement ivoirien, avec un taux d'intérêt de 1,75%, deux ans de différé et 12 ans de délai de paiement, pour l'achat de 3.600 véhicules de transport routier, dont le but était de contribuer à la politique de renouvellement du parc des transporteurs routiers de la Côte d'Ivoire.

D'un autre côté, les discussions sont actuellement en cours entre Exim India et le gouvernement ougandais pour le financement d'une ligne ferroviaire inter-états de 2,3 milliards de dollars. L'Exim India entre prêt et action sociale est entrain de se faire petit à petit une place sur le continent noir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :