Matières premières : Glencore s’offre les activités de Chevron en Afrique du Sud et au Botswana

 |   |  368  mots
(Crédits : Reuters)
Après la récente acquisition de deux importantes mines en RDC, le géant anglo-suisse des matières premières Glencore a décidé d’acheter 75% des activités de l’américain Chevron en Afrique du Sud et l’ensemble de ses intérêts au Botswana. De quoi rehausser davantage ses galons sur le marché africain.

Une « entente » a déjà été conclue avec la société Off The Shelf Investments Fifty Six (RF) Proprietary Limited, précise le communiqué de Glencore rendu public ce vendredi 6 octobre. Le géant anglo-suisse de négoce, courtage et d'extraction des matières premières a proposé 973 millions de dollars pour reprendre 75% des activités de l'américain Chevron en Afrique du Sud et 100% de Chevron Botswana.

Dans le détail, ces activités concernent les activités de fabrication, de détail et d'approvisionnement industriel de Chevron dans ces deux pays. En Afrique du Sud, il s'agit entre autres d'une raffinerie de pétrole à Cape Town, un site de mélange de lubrifiants à Durban, un réseau de transport, dépôts et oléoducs à Saldanha Bay et dans le port de Capetown.

Glencore qui entend financer ces acquisitions au moyen de ses propres liquidités, annonce également que l'opération sera finalisée mi-2018, sous-réserve des autorisations réglementaires nécessaires par OTS.

Empreinte renforcée

Avec ce deal, le négociant anglo-suisse des matières premières met définitivement fin aux espoirs du chinois Sinopec encore appelé China Petroleum & Chemical (CPP) dont l'offre de rachat de ces mêmes actifs, fixée à 900 millions de dollars a été finalement rejetée par OTS.

Si tout se passe comme prévu, les acquisitions de Glencore en Afrique du Sud et au Botswana lui permettront de renforcer son encrage sur le Continent où la multinationale s'est récemment illustrée avec l'acquisition des parts du magnat israélien Dan Gertler dans deux mines, s'offrant ainsi le contrôle de la mine de cobalt de Mutanda (la plus importante au monde) et 86% de la mine de cuivre du Katanga.

Cependant les affaires de Glencore en Afrique restent secouées du côté du Tchad avec la renégociation de son contrat pétrolier décidé en juillet dernier par le gouvernement. En Zambie par ailleurs, l'entreprise reprend peu à peu des couleurs après avoir mis un terme au bras de fer qui l'opposait à son fournisseur d'électricité dans sa mine de cuivre de Mopani en Zambie, en acceptant de payer des tarifs plus élevés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :