Afrique du Sud : Standard Bank mise sur les Hedge funds

 |   |  452  mots
(Crédits : Reuters)
La Standard Bank semble décidée à naviguer à contre-courant du secteur en démarrant des opérations de courtage de fonds de couverture. Un segment que plusieurs majors dont notamment Crédit Suisse et AG ont décidé d’abandonner en raison de son manque de rentabilité. Chose qui ne semble pas inquiéter le plus important prêteur d'Afrique, qui devrait être suivi par d’autres opérateurs sud-africain.

La Standard Bank compte stimuler le marché de la gestion collective (fonds de couverture ou hedge funds). Le plus important prêteur d'Afrique en terme d'actifs prévoit en effet, de démarrer les opérations de courtage dans le segment, après les changements réglementaires introduits en la matière en Afrique du Sud.

Effet d'entraînement

L'établissement se montre optimiste sur la question et s'attend à enregistrer 5 clients de fonds de couverture d'ici à la fin d'année. La Standard Bank devrait être suivie dans ce segment par des concurrents de taille, notamment Peregrine Holdings, Deutsche Bank, Investec ou encore Barclays Africa. Une concurrence annoncée qui ne semble pas perturber l'optimisme du management de Standard Bank.

Pour les responsables de la banque, les fonds de couverture devraient connaître une croissance significative. Les lignes directrices de l'autorités de régulation financière sud-africaine recommandant aux gestionnaires d'actifs d'engager plus d'un courtier principal pour les fonds de couverture, est également un facteur favorable pour la Standard.

A contre-courant des opérateurs internationaux

Cette nouvelle niche est présentée par la Standard Bank comme un moyen d'améliorer l'efficacité des coûts et recruter de nouveaux clients dans son unité des marchés mondiaux, qui représentait près de 20% du bénéficie de la banque en 2016. D'ailleurs, Standard Bank compte s'appuyer sur ses 60% de parts de marché en termes de prêt de titres en Afrique du Sud pour renforcer le courtage principal, même si des cadors comme le Crédit Suisse, AG et la Nedbank ont décidé de se retirer de ce segment à l'échelle mondiale en raison de « problèmes de rentabilité ».

Il n'empêche que Standard Bank reste confiante sur la rentabilité des hedge funds après que l'autorité de réglementation des services financiers ait introduit en 2015 les premières règles pour l'amélioration de la surveillance et de la transparence dans ce segment. Des mesures qui ont fini par placer les fonds de couverture dans la même catégorie que les fonds communs de placement. Un changement de statut qui a fini de convaincre l'industrie bancaire qui supervise quelques 5,3 milliards de dollars de concourir pour un pool d'investissement estimé à plus de 3 milliards de dollars d'actifs.

Pour sécuriser les investissements dans cette niche, Standard Bank a débauché des hauts cadres de Barclays Africa, pour mettre en place l'infrastructure nécessaire aux activités sur le marché mondial et qui couvrent notamment les opérations de dédouanement, de recherche de dépositaire ou encore d'exécution de courtage. Cette unité devra se concentrer dans un premier temps sur le marché local avant de monter en régime.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :