Rachat d'Arik Air : Ethiopian Airlines fait volte-face

 |   |  519  mots
(Crédits : DR)
Après avoir confirmé son intention de reprendre la compagnie privée nigériane Arik Air, au mois d’août dernier, la compagnie nationale Ethiopian Airlines vient de changer finalement d’angle de montée en niant cette vélléîté. Une volte-face qui donne un surcroît de puissance aux actionnaires de la première compagnie aérienne privée du Nigéria qui ont récemment porté plainte contre le gouvernement nigérian et le « potentiel » acquéreur.

Volte-face chez Ethiopian Airlines. La compagnie éthiopienne qui avait pourtant confirmé son intention de reprendre Arik Air à la fin du mois d'août dernier, nie aujourd'hui avoir voulu racheter le premier transporteur aérien privé nigérian. Dans une interview avec nos confrères de Bloomberg, Tewolde GebreMariam, directeur général de la compagnie aérienne éthiopienne qualifie de « fausse », l'information indiquant que sa compagnie était en discussion avec les autorités nigérianes pour la reprise d'Arik Air.

Plainte des actionnaires d'Arik Air

« Nous n'avons pas eu de discussions et nous n'avons pas soumis d'offre de reprise d'Arik Air », a déclaré Tewolde GebreMariam. Or, un autre responsable de la même compagnie aérienne avait confirmé, deux semaines plutôt, l'existence d'une offre allant dans le sens de reprendre « la mourante » compagnie privée aérienne.

« Sur la base des termes et conditions fixés par le gouvernement du Nigéria, Ethiopian Airlines a soumis son offre de reprise d'Arik Air(...) Nous sommes en compétition avec d'autres compagnies aériennes. Si nous parvenons à un accord, nous sommes prêts à prendre en charge la gestion de cette compagnie », avait expliqué Esayas Weldemariam, le directeur du service international au sein du groupe Ethiopian auprès de l'Agence Ecofin.

Sauf qu'aujourd'hui, la compagnie Ethiopienne est sur un autre axe de rotation. Une inclinaison qui suit parfaitement le mouvement de roulis de l'Asset management corporation of nigeria (AMCON), l'organisme public en charge depuis février dernier de la gestion d'Arik Air. En effet, au début du mois de septembre, AMCON avait démenti toute négociation en cours entre le gouvernement nigérian et Ethiopian Airlines pour le rachat de Arik Air. Un démenti qui n'a pas cependant rassuré les actionnaires de la compagnie nigériane qui ont porté plainte la semaine dernière contre Ethiopian Airlines  et le gouvernement nigérian.

Cap sur la CEMAC

Les actionnaires privés nigérians sont allés même jusqu'à réclamer 55 millions de dollars à titre de dommages et intérêts aux deux parties estimant que « les négociations avaient causé des difficultés excessives et des dégâts irréparables à la marque Arik Air ». Si à ce stade, il est encore difficile de confirmer ou d'infirmer l'existence d'un deal rampant entre le gouvernement nigérian et la compagnie éthiopienne, les démentis successifs des deux parties semblent déjà donner une victoire aux investisseurs privés nigérians qui pour rien au monde, ne veulent céder leurs parts. De plus, le juteux marché nigérian ne semble plus la seule priorité de la compagnie éthiopienne qui veut développer davantage ses activés ailleurs notamment dans la zone CEMAC.

Ethiopian Airlines qui caresse le rêve de tisser encore davantage d'alliances avec plusieurs compagnies de la région ne cache plus d'ailleurs ses ambitions en Zambie, en Ouganda ou encore au Congo. Au Tchad, Ethiopian Airlines veut créer une nouvelle compagnie aérienne nationale. Des tractations pour étendre les accords de maintenance avec le transporteur aérien équato-guinéen Ceiba Intercontinental seraient également en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :