Madagascar : l'épidémie de la peste pèse sur l'activité touristique

 |   |  528  mots
(Crédits : Reuters)
L'activité touristique malgache connaît un coup de moins bon depuis le retour de la peste qui a déjà fait 128 morts et touché plus de mille personnes. Alors que de plus en plus de réservations auprès des hôtels et des agences de voyages sont annulées, le secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme a dû intervenir pour tenter d'appuyer les tour-opérateurs pour rassurer les touristes sur le ralentissement de l'épidémie.

Le tourisme de Madagascar est en crise. Le secteur est en train de souffrir de l'épidémie de la peste qui sévit sur l'Archipel depuis quelques mois. D'après les sources officielles, près de 10 % des réservations faites auprès des agences de voyages et des hôtels pour les mois d'octobre et de novembre ont été annulées. A l'est et au sud du pays et jusque dans la capitale Antananarivo, l'activité touristique a connu un impact assez important en étant boudée par les touristes étrangers. « Il y a beaucoup d'annulations surtout sur le marché seychellois. Le marché français aussi a été fortement touché. On a eu des clients qui devaient venir et en trois jours, ils ont annulé. Il y a un impact pas seulement économique, on a besoin de plus de temps pour rassurer les gens et rassurer les tour-opérateurs en Europe », confie Hely Rakotomanantsoa, la présidente de l'association des tour-opérateurs de Madagascar, au micro de nos confrères de Radio France internationale.

Sur la grande île on déplore aussi la non compassion des pays voisins qui selon Antananarivo, a contribué à cette chute de l'activité touristique. Justement, les dirigeants à Maurice et aux Seychelles ont appelé leurs citoyens à ne pas se rendre à Madagascar. Le gouvernement seychellois est même allé jusqu'à suspendre ses vols vers l'Archipel. Une mesure peu solidaire pour les autorités malgaches. « Nous ne sommes pas solidaires. Quand mon frère a un souci, je viens chez lui, je lui dis comment je peux l'aider. Mais là, les décisions prises par les Seychelles et par Maurice ne nous aident pas du tout. On leur demande de réviser leur décision », a déclaré le ministre malgache du tourisme, Roland Ratsiraka.

L'OMT à la rescousse

Malgré le ralentissement de l'épidémie de la peste, les touristes n'arrêtent pas de bouder Madagascar. Un problème qui préoccupe l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). En visite à Antananarivo pour tenter de rassurer les touristes étrangers et soutenir le secteur, le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai a déclaré que « les touristes peuvent se rendre à Madagascar ». Il n'a pas hésité à son tour à condamner les réactions protectionnistes des gouvernements des îles Maurice et Seychelles. « Ils doivent respecter les règles sanitaires internationales, mais ils ne doivent pas isoler Madagascar et lui infliger une double peine en stoppant leur venue dans le pays. Les restrictions ne protègent pas, ce qui protège ce sont des procédures appropriées », a indiqué Taleb Rifai. De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé l'épidémie de peste au niveau 2, ne recommandant aucune restriction de voyage à destination de la grande île africaine.

Notons que l'épidémie de la peste qui revient chaque fois depuis les années 80, a fait déjà au moins 128 morts et plus de 1.000 personnes touchées cette année, avec aussi des conséquences socio-économiques si. Le gouvernement a dû plusieurs fois repousser la rentrée scolaire face à la tournure violente que l'épidémie a prise depuis le mois d'août dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2017 à 17:08 :
Pire que la peste, l'insécurité est le motif principal du vide touristique à Madagascar

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :