WTTC : le tourisme devrait accroître sa contribution au PIB kényan

 |   |  489  mots
(Crédits : DR)
Le Conseil mondial du tourisme et du voyage (WTTC) vient d'annoncer pour le Kenya une progression annuelle moyenne de 6% de l'apport du secteur touristique au PIB sur les 10 prochaines années. Une bonne nouvelle pour une économie kényane en proie à un ralentissement cette année.

Dans l'édition 2017 de son rapport d'évaluation annuel, le Conseil mondial du tourisme et du voyage (WTTC) fait de bonnes prévisions pour l'industrie touristique kényane. Le document annonce une nette progression en moyenne de 6% sur les 10 prochaines années, de la contribution du secteur touristique au PIB du Kenya. Pour illustrer ses prévisions, le WTTC explique que le tourisme est bien l'un des secteurs les plus porteurs du pays. Il est l'un de ceux qui génèrent le plus d'emplois.

Le rapport note que plus d'un million d'emplois directs, indirects et induits ont été créés par l'industrie du tourisme en 2016. Cet apport en matière d'emploi, représente 9,2 % de tous les emplois du pays. Plus encore, le rapport du WTTC annonce que le secteur va générer d'ici les 10 prochaines années pas moins de 500 000 emplois supplémentaires. De très bonnes prévisions qui permettent de voir quel sera le rôle réservé au tourisme dans la croissance économique du Kenya dans la prochaine décennie.

« Ces chiffres montrent que le secteur du tourisme n'est pas seulement un moteur majeur de la croissance économique au Kenya, mais aussi un important secteur créateur d'emplois », a déclaré David Scowsill, le président de WTTC.

Une déclaration compréhensible, vu que le rapport explique que la croissance du secteur touristique se révèle plus rapide que celle du secteur automobile (9,5% du PIB) ou du secteur agricole (24,4% du PIB avec les forêts). Pays avec une économie fortement diversifiée, le Kenya ne se base pas sur le tourisme ou l'agriculture. Mais aussi sur un secteur des services très dynamique surtout dans le domaine bancaire, un secteur qui est aussi à l'origine du mal actuel de l'économie.

Un nouveau souffle pour l'économie

Cette progression annoncée dans le secteur de l'industrie touristique sera d'un grand réconfort pour l'économie du pays, surtout face à la régression de sa croissance économique annoncée pour cette année. Malgré son statut de modèle sous-régional voire continental, l'économie kényane n'est pas exempte de maux divers dont, l'impact de la chute des cours de matières premières. Et si sur ce plan, elle n'est que moyennement touchée, c'est surtout la baisse en volume des activités de crédits qui lui porte un coup dur. Annoncée préalablement à 6,5%, la croissance économique du pays ne devrait s'établir qu'à 6%, une régression imputée à la chute des activités du secteur du crédit.

Selon un rapport publié en septembre 2016, les activités liées aux prêts enregistrés à la banque centrale du Kenya, ont connu une augmentation de 7,5% seulement contre 17,5% sur la même période en 2015. Pourtant les estimations économiques avaient misé sur une progression considérable des prêts. Ce qui a fait revoir les prévisions de croissance au gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :