Bannière chaine partenaires NCDS

Contexte industriel en Afrique : un déclin durable ?

 |   |  1429  mots
by PwC
(Crédits : CR)
L'industrie est ce qui permettra au continent africain de profiter pleinement de son potentiel de croissance. Force est de constater que l'Afrique a raté un premier rendez-vous en délaissant l'industrie en faveur de l'exportation des matières premières à l'état brut. Entre-temps, d'autres régions du monde comme l'Asie ont enregistré des croissances explosives grâce à une industrialisation réussie. Comment l'Afrique peut-elle rattraper son retard en matière d’industrialisation ? Et surtout en faire un levier de croissance et de développement ?

Les pays africains ont éprouvé des difficultés pour développer et maintenir des capacités de fabrication industrielle. En conséquence, ils ne se sont pas encore désengagés de la dépendance aux produits de base et la productivité industrielle n'a toujours pas décollé, ce qui augmente le manque global de compétitivité du Continent.

Les politiques industrielles réussies ont généralement pour but trois objectifs essentiels pour stimuler le développement économique et social. D'abord, accroître la croissance en ce sens que le développement industriel peut être le principal moteur de croissance grâce à une utilisation accrue de la haute technologie et une productivité accrue. Ensuite, développer la résilience et la durabilité, car la transformation industrielle réduit la sensibilité aux chocs externes et appuie le développement à long terme. Enfin, déclencher la diffusion et l'inclusion. Le développement industriel stimule le marché du travail en offrant des opportunités qualifiées et impacte d'autres secteurs économiques (effets de déversement positifs).

Malgré de réels efforts pour se lancer dans une croissance durable et inclusive, les résultats globaux sur le contexte industriel en Afrique montrent qu'il reste encore beaucoup à faire.

L'industrie contribue marginalement à la croissance des économies africaines malgré un potentiel important.

Un potentiel inexploité

Au cours des trois dernières décennies, la valeur ajoutée manufacturière a culminé à 19 % du PIB en Afrique du Nord et à 14% en Afrique subsaharienne, tout en diminuant lentement et continuellement dans les deux régions depuis 2003. Si l'on exclut l'Afrique du Sud et les pays d'Afrique du Nord, environ 95% de la population africaine - plus de 800 millions de personnes - réside dans les pays qui, en 2010, ont enregistré une valeur ajoutée manufacturière (MVA) par habitant inférieure à 100 dollars. Pour mettre cela en perspective, la MVA per capita en 2010 était de 622 dollars au Brésil, 820 dollars en Chine, 3 162 dollars au Royaume-Uni et 5 222 dollars aux États-Unis.

En outre, par rapport aux autres régions du monde, la part africaine de la MVA mondiale est restée inférieure à 1,6% pendant la période 1990-2014, tout en doublant presque en Asie-Pacifique et atteignant 45% en 2014. Principalement stimulée par les tigres asiatiques, la croissance explosive de l'Asie de l'Est depuis les années 1960 a été clairement le résultat d'une industrialisation réussie.

Cette performance sous-optimale en Afrique peut notamment être liée au manque de sophistication technologique dans les activités de fabrication. En Afrique, près de 80% de la valeur ajoutée manufacturière est encore basée sur des ressources ou est composée de technologies peu coûteuses qui réduisent l'efficacité de la production industrielle et donc la compétitivité. D'autre part, les changements dans la haute technologie en Asie se traduisent par des capacités de fabrication plus élevées et une croissance économique plus rapide.

En bref, la corrélation entre la contribution manufacturière au PIB et le PIB par habitant montre un modèle assez typique où la croissance économique et le développement sont moteurs du développement industriel. En fait, aucun pays, à l'exception de quelques États riches en pétrole (par exemple, le Qatar, le Koweït et Brunei) ou de très petits paradis financiers (comme Monaco et le Liechtenstein), n'a atteint des niveaux de vie élevés et durables sans développer un secteur manufacturier important. Alors que les économies africaines restent en retard, il y a encore une marge de croissance et un potentiel important pour une industrialisation plus élevée.

La forte dépendance vis-à-vis des commodités se traduit par une faible capacité à influer sur la volatilité des prix et la vulnérabilité économique globale.

Dépendance aux exportations de produits bruts

En 2015, les exportations de produits de base représentaient 71% des exportations totales de marchandises africaines, qui classent la plupart des pays africains en tant que pays en développement dépendant des commodités (PDDC).

L'impact crucial de cette dépendance se reflète dans les grandes fluctuations de la balance des paiements des PDDC, ce qui signale les difficultés des États africains à maintenir l'instabilité financière. Dans les pays d'Afrique de l'Ouest comme le Bénin ou le Burkina Faso, les exportations de produits de base représentent plus de 90% des exportations totales de marchandises. Dans ces pays, plus de 30% des exportations de matières premières sont des produits agricoles sujets à la volatilité des prix et ont donc un impact significatif sur les recettes fiscales.

En outre, on soutient que, au-delà de la vulnérabilité à la volatilité des prix des produits de base, la dépendance à l'égard de ces derniers peut être associée à une mauvaise gouvernance. Cela affaiblit d'autres économies africaines qui sont soumises à l'instabilité politique et économique. Dans les années 1970, l'Afrique était aussi dépendante que les autres pays en développement. Cependant, alors que les pays asiatiques ont pu diminuer leur dépendance de plus de 70% à 20% depuis les années 1980, l'Afrique n'a pas suivi cette voie. Au contraire, la dépendance à l'égard des exportations de produits de base semble avoir augmenté depuis les années 1990, ne laissant aucun autre choix aux gouvernements que de s'engager dans la diversification de l'économie, qui apparaît aujourd'hui comme une nécessité inévitable afin de renforcer la résilience et d'assurer la durabilité.

Le passage continu aux économies axées sur les services génère des gains de productivité limités, alors que le secteur industriel détient le plus grand potentiel.

Une diversification mal négociée

Bien que l'agriculture reste le principal fournisseur d'emplois en Afrique subsaharienne, sa part dans l'emploi total a considérablement diminué, depuis les années 1960, de 73% à 50%. Cette baisse de la part des emplois agricoles est principalement due aux services. Pourtant, c'est la fabrication qui peut aider à une transformation structurelle de l'économie en termes d'emploi et donc de productivité, d'autant plus que la fabrication est le moteur le plus fort pour l'emploi rémunéré par rapport à un accord non contractuel dans le secteur informel.

La part des services dans l'emploi total a doublé au cours des 50 dernières années et devrait augmenter encore davantage. Pourtant, c'est l'industrie qui détient le plus grand potentiel de gain de productivité; l'industrie en Afrique subsaharienne représente 2,6 fois la productivité de l'économie totale, contre 1,6 pour les services et 0,4 pour l'agriculture. En fait, comme le secteur manufacturier se prête plus facilement à la mécanisation et au traitement chimique, il a une croissance de productivité plus rapide que celle de l'agriculture ou des services. Ces chiffres soulignent le besoin critique de développement industriel comme moyen inévitable d'accroître les gains de productivité et de renforcer la compétitivité.

Enfin, la fabrication doit évoluer d'une intensité de main-d'œuvre à une plus grande intensité de capital et de technologie pour créer une demande de main-d'œuvre plus qualifiée et donc des incitations à l'innovation technologique qui permettent un cercle vertueux d'éducation, d'innovation et de croissance de la productivité.

Développement industriel africain : 4 jeux stratégiques pour les retardataires

Les initiatives récentes dans les pays africains fournissent des leçons approfondies sur les moyens de stimuler le développement industriel à travers le Continent. Cependant, nous devons garder à l'esprit que les stratégies réussies dans un pays peuvent ne pas être entièrement reproduites dans différents contextes et que les stratégies récentes nécessitent du temps avant de pouvoir apprécier l'ampleur de leur succès.

Des exemples d'initiatives réussies pour le développement industriel dans les pays africains ou d'autres marchés émergents nous aident à identifier quatre leviers clés pour stimuler le développement industriel en Afrique.

- Fournir un secours temporaire pour nourrir les industries locales : initier des mesures de protection intelligentes et temporaires dans les industries ayant des importations importantes et une forte demande locale

- Construire des moteurs économiques grâce aux ressources naturelles : tirer parti des ressources naturelles pour intégrer davantage la chaîne de valeur de la fabrication

- Leapfrog dans les marchés mondiaux : recherche de positionnement de niche dans la chaîne de valeur globale grâce à des modèles de coproduction et permettre au secteur privé par les zones économiques et faciliter les exportations

- Aligner les incitations économiques pour l'investissement : adopter une position commerciale ambitieuse, à l'échelle de l'ensemble du gouvernement et à la tête forte pour réduire la bureaucratie et offrir un environnement attractif pour les investissements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2017 à 19:54 :
Ce développement est intéressant et surtout très pertinent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :