Cameroun : l'italien Enerray construira un parc solaire de 30 mégawatts à Garoua

 |   |  616  mots
A Benguerir au Maroc (centre), Enerray a contribué à la réalisation du Green Energy Park en construisant la première installation CSP-ORC, avec une capacité de 1 MWe. Green Energy Park a été créé en 2016 pour être la première plate-forme de test, de recherche et de formation sur les technologies de l’énergie solaire au Maroc et en Afrique.
A Benguerir au Maroc (centre), Enerray a contribué à la réalisation du Green Energy Park en construisant la première installation CSP-ORC, avec une capacité de 1 MWe. Green Energy Park a été créé en 2016 pour être la première plate-forme de test, de recherche et de formation sur les technologies de l’énergie solaire au Maroc et en Afrique. (Crédits : Enerray)
La société italienne Enerray prévoit la construction d'un parc solaire de plusieurs hectares dans la région Nord-Cameroun, a révélé la plateforme d'informations en ligne PV Tech. Le projet devrait atterrir à Garoua, non loin de l'aéroport international, et comportera une centrale photovoltaïque d'une capacité de production de 30 mégawatts.

Le Cameroun va bientôt accueillir une nouvelle centrale photovoltaïque. D'après la plateforme d'informations en ligne PV Tech, spécialisée dans l'énergie solaire, la société italienne Enerray est porteuse d'un projet de construction d'un parc solaire de plusieurs hectares dans la région nord-camerounaise à Garoua, non loin de l'aéroport international, à partir duquel une centrale dédiée produira 30 mégawatts.

Selon PV Tech, les autorités camerounaises ont accordé à la société italienne toutes les autorisations nécessaires au projet et le site qui devrait l'accueillir a été déjà identifié. Pour les responsables de l'Agence de régulateur du secteur de l'électricité (ARSEL), la future centrale permettra de faciliter l'accès à l'électricité dans le nord, où se trouvent selon l'ARSEL, la zone la plus solarisée du pays. A terme, la société Enerray prévoit justement de raccorder la centrale au réseau interconnecté Nord. Ceci devrait permettre de contribuer à réduire le déficit énergétique dans les trois régions septentrionales du Cameroun. La nouvelle centrale photovoltaïque participera ainsi au mix énergétique camerounais, en renforçant la part du solaire.

La production actuelle au Cameroun est dominée à 73,3% par l'hydroélectricité et à 25% par le thermique. Quant au solaire, à la biomasse et à l'éolien, le tout forme une part d'à peine 1%. Se définissant comme le «leader dans la conception, la construction et la gestion de systèmes photovoltaïques de moyenne et grande taille, aussi bien pour des systèmes tiers que pour des systèmes propriétaires» et avec une expérience de plus d'une décennie dans le secteur, l'italien Enerray pourra aider à rectifier le tir.

Plusieurs projets dans le solaire

La contribution du solaire dans le mix énergétique ne révèle peut-être pas toute la vérité sur les efforts consentis dans le secteur de l'énergie solaire au Cameroun. Le pays est porteur de plusieurs projets depuis quelques années et continue de promouvoir ce secteur.

Déjà en novembre 2015 par exemple, le gouvernement camerounais avait annoncé l'affectation d'une enveloppe de 16 milliards de francs CFA pour un projet d'électrification au solaire de 166 localités dans les 10 régions du Cameroun. D'après Louis Paul Motazé, alors ministre camerounais de l'Economie, ce projet constituait la première phase d'un chantier global qui devrait permettre l'électrification de 1 000 localités camerounaises grâce à l'énergie photovoltaïque. Un an plus tard, en décembre 2016, la société Eneo, contrôlée par le fonds d'investissement britannique Actis et concessionnaire du service public de l'électricité au Cameroun, avait lancé un appel à manifestation d'intérêt en vue pour le recrutement d'un partenaire devant développer deux centrales photovoltaïques dans la partie septentrionale du pays.

Selon Eneo, ces infrastructures qui devront être opérationnelles au premier trimestre 2018 auront chacune une capacité de production de 10 mégawatts. Aussi en avril 2016, lors d'une audience avec le président Camerounais Paul Biya, Vincent Bolloré du groupe éponyme, avait évoqué ses ambitions de se positionner dans le secteur de l'énergie solaire au Cameroun : «Vous avez une richesse ici, c'est le soleil qui, a priori, peut paraître quelque chose de pénible, mais en réalité, il est source d'énergie ... Nous avons fait un premier test à l'Université de Yaoundé I où, avec 400 m2 de panneaux solaires, nous arrivons à stocker de l'énergie permettant de fournir de l'énergie au transport gratuit des étudiants et de leurs enseignants d'un bout à l'autre du campus... Nous pourrions faire des systèmes décentralisés qui tiennent dans un conteneur que vous implantez dans un village et qui apporte de l'électricité».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :