Automobile : où en est le projet d’usine de BMW en Algérie ?

 |   |  384  mots
(Crédits : Reuters)
Le projet d’usine de BMW en Algérie avait été annoncé en novembre dernier. Et s’il est depuis marqué par une discrétion certaine, les dernières révélations témoignent d’une sortie de terre imminente.

Le projet d'usine de BMW en Algérie avance bien, à en croire le wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar qui a profité d'une sortie médiatique dimanche sur la dynamique industrielle de sa ville pour donner des nouvelles de ce projet dont l'annonce en novembre dernier avait suscité beaucoup de fierté.

La première pierre posée avant juillet 2017

Selon Temmar, le projet est depuis dans la phase de préparation du dossier commercial et d'achèvement des études. D'après lui, les travaux de construction de cette usine qui sortira de terre dans la zone industrielle de Bordjia dans la commune d'El Haciane, devraient démarrer au cours du premier semestre de cette année.

Le porteur de ce projet, Luxury Motor Works (LMW), une joint-venture née d'un partenariat entre la firme allemande avec, à son tour de table le conglomérat familial algérien Mehri (51%) et l'émirati Abu Dhabi Motors (49%) -qui a relancé la commercialisation des gammes BMW et MINI en Algérie- a commencé par ouvrir un showroom dans la commune de Chéraga, dans la banlieue ouest d'Alger. L'ouverture de l'usine constituera l'encrage du retour de la marque allemande. Un retour en effet, car le marché de l'automobile algérien a été privé de la marque allemande pendant quelques années. En 2007, Algérie Motors alors représentant de BMW en Algérie, cède son activité à Bavaria Motors Algérie (filiale du groupe CFAO). Ce dernier réalise, à son tour, une cession avec LMW qui, nouvellement créée, devra attendre 2016 pour recevoir son agrément avec un quota d'importation de 300 véhicules neufs.

80% de la production exportée en Afrique

La future usine de Chéraga devrait non seulement permettre d'augmenter la capacité commerciale de LMW, mais aussi permettre l'approvisionnement des pays étrangers.

« Seulement 20% de la production sont destinés au marché national, tandis que les 80% restants seront dirigés vers l'exportation et notamment vers le marché africain », déclarait en novembre dernier M. Djamel Mehri, une des têtes d'affiche du groupe Mehri, qui détient une vingtaine d'entreprises actives dans l'hôtellerie, l'agriculture, l'immobilier et l'automobile.

BMW emboite ainsi le pas à son confrère Volkswagen qui a récemment annoncé le démarrage prochain des travaux de construction de son usine d'assemblage à Relizane (au nord-est du pays).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2017 à 13:53 :
J'aimerais savoir si c'est possible d'avoir des contacts pour plus d'infos concernant les entreprises d'automobile qui viennent en Afrique pour s'installer .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :