Afrique du Sud : l’actionnariat noir dans les mines bientôt relevé à 26% ?

 |   |  364  mots
(Crédits : Reuters)
L’ANC étudie actuellement la possibilité de faire passer le seuil minimum de l’actionnariat noir dans les entreprises minières à 26%. Une décision qui inquiète une partie de l’ANC et les professionnels. Il n’empêche que la situation politique actuelle pourrait pousser la présidence à promulguer la mesure, de manière à regagner la confiance et le soutien de la base de l’ANC.

Le gouvernement sud-africain étudie la possibilité de porter à 26%, les actifs alloués aux noirs dans les entreprises minières. Une mesure qui rencontre une opposition au sein de l'ANC, certains cadres du parti craignant de susciter une effet épouvantail sur les investisseurs. Cette proposition de loi a été déposée devant le comité politique de l'ANC, le 13 mai dernier et compte sur le soutien présidentiel.

Il n'empêche qu'une partie de l'Etat-major de l'ANC vient de mettre en garde contre l'adoption de cette mesure qui aurait, selon eux, de graves conséquences sur la bonne marche du secteur minier. Les opposants à cette mesure espèrent que la version qui sera adoptée par la présidence ne consacrera pas ces 26% défendus par Mosebenzi Zwane, ministre des Mines.

Populisme ou justice sociale ?

Du côté de la présidence, l'adoption de cette mesure est perçue comme un moyen de redorer l'image de Jacob Zuma et de reconquérir la base de l'ANC. Une mesure qui vise à répartir de manière plus équitable les bénéfices de l'économie sud-africaine, notamment ceux tirés de l'exploitation minière permettrait à Jacob Zuma d'aborder l'assemblée générale de l'ANC qui s'annonce houleuse avec un atout dans sa manche.

Une disposition qui n'est pas du goût de la Chambre des Mines d'Afrique du Sud, qui appelle la présidence à inverser la courbe des investissements, en baisse dans l'industrie minière. Un secteur qui nécessite une modernisation de son process, notamment en termes de mesures de sécurité. Cette hausse de la participation au tour de tables des entreprises minières est ouverte aux investisseurs, employés et groupes communautaires noirs.

Le secteur des mines représente près de la moitié des exportations sud-africaines. L'Afrique du Sud détient l'une des plus grandes réserves de platine, de chrome et de manganèse. Selon une évaluation de 2010, la richesse minérale sud-africaine est estimée à 2,5 trillions de dollars. Cette révision du code minier est attendue depuis 2016 et suscite l'inquiétude d'une partie du secteur. La situation politique actuelle pourrait déboucher sur la hausse de la part jusqu'à 30%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2017 à 13:43 :
Pas de travail au noir dans les mines de charbon :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :