Ethiopie : la sécheresse décime 2 millions de têtes de bétail

 |   |  467  mots
En Afrique de l'Est et dans les régions sahéliennes notamment, l’élevage pastoral est de depuis en plus soumis à des difficultés grandissantes, du fait de l’aggravation des crises climatiques.
En Afrique de l'Est et dans les régions sahéliennes notamment, l’élevage pastoral est de depuis en plus soumis à des difficultés grandissantes, du fait de l’aggravation des crises climatiques. (Crédits : DR.)
Le bilan est lourd. Plus de 2 millions d’animaux sont décédés cette année en Ethiopie à cause de la sécheresse qui frappe le pays. Un coup dur pour les communautés pastorales confrontées à d’énormes pertes de bétail. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture lance une alerte depuis Rome sur cette difficile situation que vivent les éleveurs dans cette partie du monde. Plusieurs millions de dollars sont nécessaires pour aider les éleveurs.

En Ethiopie où neuf habitants sur dix vivent de la terre, une sécheresse ne peut qu'être catastrophique. Les régions qui se situent dans la partie sud et sud-est du pays sont les plus touchées par le phénomène. Dans ces zones, la rareté des pluies a considérablement endommagé les pâturages et presque toutes les sources d'eau sont épuisées. Résultat ? De nombreux animaux sont décédés ou gravement malades. A ces nombreuses pertes de bêtes, il faut ajouter d'autres conséquences graves de la sécheresse. Les moyens d'existence des éleveurs sont durement affectés. Réduction de la production de lait, cas de malnutrition en hausse, baisse des revenus et accès à l'alimentation extrêmement restreint... La liste des difficultés auxquelles les éleveurs doivent faire face est longue. Face à cette situation, la FAO estime que «les éleveurs ont besoin d'aide de manière urgente».

20 millions de dollars d'aide sont nécessaires

«Il est essentiel d'apporter une aide entre maintenant et octobre -lorsque les pluies sont censées commencer- afin de lancer le processus de reconstruction et d'éviter davantage de pertes animales. Si nous n'agissons pas maintenant, la faim et la malnutrition s'aggraveront au sein des communautés pastorales», a déclaré Abdoul Karim Bah, représentant adjoint de la FAO en Ethiopie.

Près de 8,5 millions de personnes, soit une personne sur douze, souffrent de la faim et une aide alimentaire d'urgence pour plus de 10 millions d'Ethiopiens est nécessaire, selon l'ONU. Et pour venir en aide à toutes ces victimes, la FAO a besoin de 20 millions de dollars de manière urgente entre août et décembre.

«Il est essentiel d'aider les éleveurs à se relancer leur activité et d'éviter de nouvelles pertes de bétail et des souffrances supplémentaires en Ethiopie, un pays où la sécheresse a contribué à augmenter les souffrances liées à la faim cette année», a averti aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Pire sécheresse depuis 30 ans

En 2017, selon un communiqué de presse de l'organisation, la FAO est déjà venue en aide à près de 500 000 personnes affectées par la sécheresse en fournissant de la nourriture animale, en menant des opérations de déstockage et des campagnes de santé animale grâce à des soutiens de fonds humanitaires étrangers.

L'Ethiopie a été touchée en 2016 par «la pire sécheresse depuis trente ans». Et c'est le même scénario ou presque qui se profile à l'horizon cette année en Afrique de l'Est et au Yémen, selon les Nations Unies. A l'origine de ces malheurs, un phénomène climatique appelé El Niño, une anomalie qui se manifeste par la hausse des températures de l'Océan Pacifique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :