Hôtellerie : l’américain Hyatt veut doubler sa présence en Afrique

 |   |  567  mots
A ce jour, la chaîne hôtelière américaine compte sept établissement en Afrique.
A ce jour, la chaîne hôtelière américaine compte sept établissement en Afrique. (Crédits : Reuters)
Le dernier rapport de PricewaterhouseCoopers (PwC) prédisait bien d’importants investissements étrangers en Afrique dans le secteur de l’hôtellerie. Et depuis, les choses ne font que se confirmer. Quelques jours après Marriott International au Nigéria, c’est au tour du groupe Hyatt Hotels d’annoncer son projet de doubler sa présence en Afrique au cours des trois prochaines années avec la construction de six nouveaux établissements.

Hyatt Hotels & Resolt ne compte pas être en reste de la dynamique actuelle de l'hôtellerie en Afrique. La chaîne internationale d'hôtels basée à Chicago (Etats-Unis) entend doubler sa présence sur le Continent avec la construction d'ici 2020 de six nouveaux hôtels dans six pays à savoir l'Algérie, le Cameroun, l'Ethiopie, le Sénégal, le Maroc et la Tanzanie, annonce-t-elle dans un communiqué de presse rendu public lundi 2 octobre.

Beaucoup plus jeune que les autres grands groupes américains opérant en Afrique tels que Marriott (1927) ou Hilton (1919), Hyatt fondé en 1957 connaît une présence africaine beaucoup plus récente et moins étoffée. A ce jour, la chaîne compte un établissement en Afrique du Sud, un en Egypte, deux en Tanzanie et deux autres au Maroc. Ces deux derniers pays accueilleront donc chacun, avec le programme de construction en cours, leur troisième établissement hôtelier signé Hyatt.

Au Sénégal, l'inauguration du Hyatt Dakar était initialement prévue pour 2016, avant d'être reportée. Etendu sur une superficie de plus de 2 035 m2, l'établissement devrait abriter, entre autres, 140 chambres, une salle de conférence et un spa. En Algérie, le Hyatt Regency en construction à l'aéroport Houari Boumediene d'Alger devrait ouvrir ses portes d'ici fin 2018. Ici, il s'agit d'un véritable complexe qui inclura notamment 326 chambres, une piscine sur le toit ou encore des espaces de bureaux et de réunions. Avec deux salons dédiés, ce sera le seul hôtel directement relié au terminal.

A Douala, au Cameroun, les travaux du futur cinq étoiles de la chaîne américaine devraient être lancés cette année. A Marrakech au Maroc, le méga-projet de Hyatt a pris un énorme retard et la firme espère boucler le chantier avant 2020.

Prochain cap sur l'Est

A moyen terme, le groupe américain projette de lancer un développement plus agressif en Afrique de l'Est qui jouit, selon la firme, de «l'investissement continu des pouvoirs publics dans les infrastructures, une classe moyenne en pleine expansion et une reconnaissance internationale croissante de la stabilité de la région». Les marchés déjà en vue : le Rwanda, le Kenya et l'Ouganda, trois pays qui, pour rappel, ont lancé en novembre 2016 une stratégie touristique commune avec, à la clé, le lancement d'un visa touristique unique.

L'Afrique de l'Ouest et australe ne sont toutefois pas en reste, puisque Hyatt prévoit également à l'avenir de nouvelles implantations notamment au Mozambique, au Ghana et en Côte d'Ivoire.

L'hôtellerie africaine connaît ces dernières années une dynamique sans précédent. Dans son rapport 2017, le think-thank international W Hospitality group rapportait une croissance continue du secteur en dépit de la crise économique qui a caractérisé certains pays du Continent, avec une hausse de 13% du développement hôtelier. En août dernier, une étude de PricewaterhouseCoopers sur les perspectives 2017-2021 en Afrique du Sud, au Nigéria, en île Maurice, au Kenya et en Tanzanie montrait que les investissements dans l'industrie hospitalière en Afrique iront croissants. Et les projets d'expansion des différents grands groupes ne cessent de le confirmer. La semaine dernière encore, l'américain Marriott International annonçait le renforcement de son empreinte au Nigéria, sans parler, entre autres, du français Accor qui multiplie ses Ibis à travers le Continent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :