La Guinée opte pour Paris pour abriter sa levée de fonds

 |   |  375  mots
Alpha Condé, le président guinéen, a confirmé sa présence, les 16 et 17 novembre prochain, dans le tour de table du Groupe consultatif qui supervisera l'opération de levée de fonds pour financer les plans de développement de la Guinée Conakry.
Alpha Condé, le président guinéen, a confirmé sa présence, les 16 et 17 novembre prochain, dans le tour de table du Groupe consultatif qui supervisera l'opération de levée de fonds pour financer les plans de développement de la Guinée Conakry. (Crédits : DR)
La Guinée Conakry met les petits plats dans les grands à l’approche du 16 et 17 novembre date où sera organisé un Groupe consultatif visant à financer les plans de développement du pays. Une levée de fonds qui aura lieu à Paris et compte sur le soutien d’une grande partie des institutions financières internationales, avec le FMI et la Banque mondiale en tête de file.

Le gouvernement guinéen s'apprête à organiser une levée de fonds les 16 et 17 novembre prochain à Paris. Une initiative qui compte sur le soutien d'institutions comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique ou encore le PNUD. Ces institutions internationales se sont ainsi constituées en «Groupe consultatif» en compagnie de la République de Guinée.

Ce groupement compte rassembler plus de 300 participants à la levée de fonds. Une assemblée qui sera constituée de représentants de pays amis de Conakry, d'agences de coopération, d'institutions financières internationales et du secteur privé. L'objectif pour le gouvernement guinéen est de rassembler un maximum de bailleurs de fonds autour de son Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020, mais aussi sécuriser le financement de 50 projets «structurants» inscrits dans le Programme national d'investissement (PNI).

Budget total, 13 milliards d'euros

Pour Conakry, ces feuilles de route devraient offrir à l'économie guinéenne «des fondamentaux solides pour projeter le pays vers l'émergence en 2040, à travers un plan de diversification économique et de développement». Le PNDES, dont le budget est fixé à 13 milliards d'euros, s'articule autour de 4 piliers : la promotion de la bonne gouvernance, la transformation économique durable et inclusive, le développement du capital humain et la durabilité, notamment en termes de gestion du capital naturel. Les financements extérieurs attendus lors du groupe consultatif devraient cibler en priorité les secteurs de l'énergie, l'agriculture, les mines, l'urbanisme, l'aménagement du territoire, les transports ou encore l'éducation.

Le gouvernement guinéen compte ainsi capter le gros des financements du PNDES lors des travaux du groupe consultatif, en témoigne la présence confirmée du président Alpha Condé. D'ailleurs, une délégation ministérielle s'est déplacée à Washington du 9 au 15 octobre à l'occasion des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, pour préparer en amont la levée de fonds parisienne. Cette visite a également permis au FMI et aux autorités guinéennes de s'accorder sur les grandes lignes du nouveau programme de l'institution financière, qui sera présenté prochainement au conseil d'administration du FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :