Tunisie : Youssef Chahed sur le pied de guerre pour relancer l’économie

 |   |  855  mots
Youssef Chahed, nommé à l'été 2016 au poste de chef de gouvernement, a procédé ce 6 septembre à vaste remaniement ministériel.
Youssef Chahed, nommé à l'été 2016 au poste de chef de gouvernement, a procédé ce 6 septembre à vaste remaniement ministériel. (Crédits : Zoubeir Souissi)
Le chef du gouvernement tunisien était ce 11 septembre au Parlement où il dévoilé les grands axes de sa nouvelle feuille de route dans le cadre de l’obtention du vote de confiance des députés au nouveau cabinet formé il y a une semaine. Selon Youssef Chahed, les trois prochaines années seront consacrées à la mise en œuvre d’une batterie de réformes structurelles afin d’insuffler une nouvelle dynamique à l’économie en panne depuis les événements de 2011. Le Premier ministre tunisien a ainsi voulu donner le ton en qualifiant son cabinet de «gouvernement de combat»…

En vrai chef de guerre à la tête d'une équipe qu'il a lui-même qualifiée de «gouvernement de combat», Youssef Chahed monte au front ! C'est en tout cas l'impression qu'a voulu donner le chef du gouvernement tunisien, ce lundi au sein de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) où il sollicitait la confiance des parlementaires pour le nouveau cabinet formé à la suite du remaniement de la semaine prochaine.

Si l'ARP a certes accordé, tard dans la soirée, sa confiance au nouveau gouvernement -vu la majorité qui soutient l'Exécutif au sein du Parlement- c'est le discours de présentation de la feuille de route de la nouvelle équipe, désormais en exercice pour les trois prochaines années qui restent de ce premier mandat du président Béji Caïd Essebsi (BCE), qui a le plus marqué les débats au sein de l'Hémicycle.

Devant les 150 membres de l'ARP présents à la séance du lundi, le chef du gouvernement tunisien a sorti un discours des plus guerriers pour annoncer les couleurs des actions que son équipe entend mener pour sortir l'économie de la mauvaise passe où elle se trouve depuis les événements de 2011. Pour Youssef Chahed, dont ce n'est pas le premier exercice du genre, ce gouvernement que le chef de l'Etat a lui annoncé comme celui de «la dernière chance», sera «un gouvernement de combat».

«Afin de dépasser la situation difficile actuelle, ce gouvernement sera jusqu'en 2020, un gouvernement de guerre contre le terrorisme, et la corruption, un gouvernement qui œuvre pour le développement pour lutter contre le chômage et les disparités régionales».

Pour la réalisation de ces objectifs, le chef du gouvernement tunisien a annoncé toute une série de mesures dont des réformes structurelles qui permettront à l'économie de redécoller et donc de satisfaire les doléances sociales, ainsi que de réduire les disparités territoriales à travers l'atteinte d'une croissance inclusive à l'horizon 2020.

Nouveau modèle de développement

Selon Youssef Chahed, «le programme gouvernemental procédera au changement du système du développement» à travers de nouvelles mesures qui seront prochainement introduites pour booster l'économie. Des mesures pour l'essentiel déjà connues, puisque convenues avec le FMI qui soutient le pays pour sortir de la conjoncture à travers une assistance financière, mais dont Chahed a promis d'accélérer la mise en œuvre. «Ces réformes sont primordiales et nécessitent beaucoup de temps», a reconnu, pragmatique le chef du gouvernement tunisien pour qui c'est justement ce qui amplifie l'urgence d'entamer leur mise en œuvre.

Loi sur le partenariat public-privé dès la loi des finances prochaine, restructuration des entreprises publiques, création d'un fonds d'aide aux PME, lutte contre l'évasion fiscale et règlement des difficultés relatives aux devises,... La batterie de mesures détaillées par Chahed est loin d'être exhaustive. «Notre objectif est d'atteindre une croissance inclusive», a expliqué Youssef Chahed qui a en ce sens traduit ses engagements en termes chiffrés. Le programme économique du nouveau gouvernement s'articule en plusieurs axes, avec en priorité la maîtrise de la masse salariale à 12,5% en 2020 contre 14% actuellement, la stabilisation de l'inflation autour de 3%, la réduction sur la même période du déficit budgétaire de 7% à 3% ainsi que le maintien du niveau d'endettement du pays à 70%, son niveau actuel.

Révolution économique

Youssef Chahed s'est engagé à faire de son second gouvernement «un gouvernement d'action» et pour atteindre les objectifs qu'il s'est fixés, il a promis de rehausser le rythme annuel moyen de croissance du PIB de 5% à l'horizon 2020, de réduire le taux de chômage de 3 points, c'est-à-dire de 15% actuellement à 12%, ainsi que de réduire le déficit commercial. Pour ce faire, et en plus de mesures ciblées comme la lutte contre la corruption, la fin des recrutements massifs ou la lutte contre la contrebande, le gouvernement a promis plus de justice fiscale et sociale. Dans la foulée, il s'est engagé à intensifier les investissements  et à accorder plus de soutien aux caisses sociales.

«Le peuple tunisien qui, après la révolution de 2011, a accompli le miracle de la transition démocratique, est capable d'un deuxième miracle économique pour créer la richesse et réaliser le rêve tunisien».

Le ton est donc donné. Le chef du gouvernement tunisien n'a d'ailleurs pas manqué d'appeler ses concitoyens à contribuer à l'effort national prévenant que certaines mesures seront douloureuses, mais nécessaires. «Notre pays a réussi une transition démocratique, que nous devons achever par la tenue d'élections municipales. Cependant, nous devons éviter les tiraillements politiques, et la réussite économique est possible, si on parvient à suivre la série de mesures que je viens de présenter. Nous sommes capables de parvenir à un État fort et équitable», a affirmé Youssef Chahed à qui incombe désormais de renverser la tendance et permettre au président BCE de donner à la Tunisie une mine plus reluisante d'ici la fin de son premier mandat. Avant d'envisager le futur face auquel il reste encore assez d'imprécis...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :